original_original_Regrained - Bar Detail FB

Techno santé : toujours du nouveau

Revue de nouveautés en santé avec de la bière qui se mange, des dermatologues qui donnent des consultations par téléphone intelligent et des technos qui permettent aux hôpitaux d’économiser.

Revue de nouveautés en santé avec de la bière qui se mange, des dermatologues qui donnent des consultations par téléphone intelligent et des technos qui permettent aux hôpitaux d’économiser.

Nutrition : manger de la bière

Lorsque les brasseurs en ont terminé avec la fermentation de la bière, ils doivent se débarrasser des grains qui entrent dans la composition de celle-ci, normalement considérés comme bons à jeter. Après analyse, une compagnie américaine a réalisé que ces grains, lors de la fermentation, sont transformés pour être privés d’une bonne partie de leurs glucides. Ils sont cependant une étonnante source de protéines et de fibres. Des sortes d’amandes bioniques.

Cette compagnie se nomme ReGrained. Son slogan : «Mangez de la bière».

Quatre-vingt-cinq pour cent de ses produits sont constitués de grains ayant servi à la fabrication de bière, donc recyclés. Une solution santé, écologique, que la compagnie a lancée grâce à une campagne de sociofinancement sur Kickstarter.

Une app qui permet de consulter un dermatologue

Si le Québec piétine, plusieurs pays ont pris les devants en matière de télémédecine. Epiderm, une start up française, propose de mettre des patients en contact avec des dermatologues à l’aide d’une application simple.

Suffit de prendre une photo de la lésion, et en moins de 48 heures, le médecin vous revient avec un avis médical. La consultation coûte 15 euros (environ 22 $CAN) et permet d’avoir des échanges ultérieurs avec le médecin pendant 7 jours.

La techno qui fait économiser le système de santé

La nécessité est la mère de l’invention. Ainsi, l’avènement de l’Affordable Care Act (mieux connu sous le nom d’Obamacare) force les services de santé à réclamer à leurs fournisseurs des technologies qui permettent d’offrir des soins à moindre coût sans rogner sur leur qualité.

L’ECRI Institute, aux États-Unis, se penche – de manière autonome et non partisane – depuis plus de 50 ans sur les solutions les plus efficaces en matière d’amélioration des soins de santé. Là-bas, on prévoit que l’année en cours devrait voir l’introduction de plusieurs nouveautés ou l’adoption massive de certaines technologies jusqu’ici marginales afin que les hôpitaux puissent parvenir à leurs fins.

Des stimulateurs cardiaques (pacemakers) 10 fois plus petits que les conventionnels, des solutions pour les communications confidentielles sur téléphone portable, quantité de capteurs personnels miniatures, de la chirurgie robotisée et des systèmes de préservation d’organes plus sensibles qui échappent parfois au don en raison de leur fragilité comptent parmi les solutions proposées par l’institut sans but lucratif.

D’ailleurs, ici, c’est la Semaine du don d’organes. Avez-vous signé votre carte?

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca