3 raisons d’aimer les microbes

Dans leur livre intitulé Les microbes, nos alliés, les chercheurs B. Brett Finlay et Marie-Claire Arrieta retracent la récente histoire de notre guerre contre les microbes. Une lutte profitable, puisqu’elle a permis de sauver des millions de vies. Mais ils observent aussi un contrecoup à notre obsession de la propreté et à notre désir de guérir toujours plus vite des moindres petits maux.

Notre entrevue avec Mme Arrieta constitue un bon point de départ pour comprendre ce que les auteurs ont à nous dire, mais voici quelques-unes des découvertes et informations qu’ils dévoilent dans leur ouvrage, et qui devraient vous donner envie de le lire en entier pour mieux saisir ce qui se trame dans le monde invisible des micro-organismes qui sont partout en nous et sur nous.

Trop d’antibiotiques rend les enfants malades

Les antibiotiques sont merveilleux. Ils sauvent des vies et permettent d’éviter que plusieurs maladies ne provoquent d’importantes complications qui pourraient dégénérer. Mais quantité d’études tendent désormais à lier la prise d’antibiotiques en bas âge à d’autres problèmes de santé. Ainsi, les enfants qui ont pris des antibiotiques plus de quatre fois avant l’âge de 2 ans sont 10 % plus à risque de devenir obèses. D’autres études lient ces médicaments aux allergies et à l’asthme. Les microbes sont entièrement détruits par les antibiotiques, y compris les bons, ce qui pourrait en partie expliquer ce phénomène.

Les femmes enceintes doivent chérir leurs microbes

Les bébés naissent stériles. Leur premier contact avec le monde des microbes se fera par la mère (ainsi que par l’environnement où ils naîtront, qu’il s’agisse d’une maison de naissance, du domicile ou de l’hôpital). Ces premiers contacts avec le monde sont essentiels pour le développement de l’enfant et, croit-on, détermineront bien des aspects de sa santé. Pour s’assurer de détenir de bons microbes, en quantité importante, les femmes enceintes devraient surveiller leur alimentation, mais aussi leur niveau de stress. Ce dernier pourrait être lié non seulement à des naissances plus précoces ou difficiles, mais aussi à des modifications du microbiote, soit l’ensemble des microbes de l’organisme. Un microbiote stressé serait moins profitable pour le bébé naissant.

Votre chien vous couvre de microbes… et c’est très bien

Vous croyez que le chien qui lèche les enfants les couvre les microbes? Vous avez raison. Mais c’est sans doute une bonne chose. Dans les demeures où il y a un ou des chiens, on constate que ces derniers participent à la diversité microbienne des résidents. Les toutous s’amusent dehors, en rapportent des milliers de milliers de micro-organismes qu’ils redistribuent par leur bave et leurs poils. Comme ils sont plus affectueux et joueurs que les chats, ils sont de meilleurs vecteurs de microbes. Et la diversité qu’ils apportent est bonne pour la santé.

Curieux d’en connaître plus? Nous ne saurions trop vous conseiller la lecture de cet ouvrage passionnant.

Aussi, allez lire notre entrevue avec une des auteurs.

Partager: