researchkit

Apple crée un outil de recherche et de prévention

Une nouvelle application lancée par Apple pourrait bien être le nouvel outil de prédilection pour la collecte de données dans la recherche médicale.

Plus qu’une application, Reasearch Kit est un véritable coffre à outils qui est offert aux chercheurs, qui pourront développer eux-mêmes leur propre plateforme de recherche en utilisant les données colligées à l’aide d’un iPhone, ou encore de la nouvelle iWatch, qui comprend la panoplie des gadgets de santé, capables de mesurer les heures d’éveil, les déplacements, les pulsations cardiaques, etc.

Une nouvelle application lancée par Apple pourrait bien être le nouvel outil de prédilection pour la collecte de données dans la recherche médicale.

Plus qu’une application, Reasearch Kit est un véritable coffre à outils qui est offert aux chercheurs, qui pourront développer eux-mêmes leur propre plateforme de recherche en utilisant les données colligées à l’aide d’un iPhone, ou encore de la nouvelle iWatch, qui comprend la panoplie des gadgets de santé, capables de mesurer les heures d’éveil, les déplacements, les pulsations cardiaques, etc.

Le géant techno californien promet que les données seront entièrement confidentielles, uniquement à l’usage des chercheurs, et que les contrats qui lient les sujets aux scientifiques leur permettront de valider l’usage exact qui pourra être fait des données rassemblées.

La solution au recrutement et de prévention

Pour les chercheurs, c’est une véritable mine d’or qui se présente, puisque le principal obstacle à la réussite d’une étude valable est généralement le recrutement des sujets.

Déjà, cinq applications ont été développées. Et la description qu’on fait de certaines est carrément renversante : par exemple, cet exercice de diction qui permet de dénoter les premiers signes annonciateurs de la maladie de Parkinson.

Et selon les chercheurs, ces données sont doublement utiles, puisqu’elles pourraient tout aussi bien servir aux sujets qui, voyant qu’ils montrent des signes précurseurs d’une maladie, seraient plus enclins à voir leur médecin rapidement afin d’être suivis.

D’autres applications présentées lors du Keynote du 9 mars présentent aussi d’importantes fonctions de prévention, ou de suivi des patients. C’est le cas de Asthma Health, qui a pour objectif de permettre au malade de prendre conscience de ses symptômes et d’améliorer ses habitudes afin de faire évoluer sa condition.

Évidemment, certains voient déjà des problèmes légaux (sur le consentement), et aussi l’inconvénient de laisser entre les mains de chercheurs autant de données. Ce sont des craintes parfaitement légitimes, et qui pourraient s’avérer un frein à une initiative révolutionnaire, mais effectivement imparfaite, et qui devra faire ses preuves en matière de confidentialité, de protection des données et de validité de celles-ci. Sans parler des dangers de l’autodiagnostique.

 

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca