Bien dans son corps, bien dans sa tête

Tandis que s’achève la Semaine nationale de la santé mentale, il est bon de rappeler que le maintien d’une bonne santé physique est un excellent moyen de prévention.

De manière intuitive, des tonnes de sportifs amateurs le savent déjà : bouger fait du bien à l’esprit autant qu’au corps. Ce n’est pas qu’une question d’habitude ou de dépendance au sport : les études se multiplient afin de démontrer que l’activité physique constitue une forme de thérapie pour la dépression légère, permettant d’évacuer le stress, l’anxiété et d’éloigner ceux qui bougent régulièrement d’une consommation immodérée d’alcool et de drogue.

Sans doute, en partie, parce que le sport permet au corps de savourer une bonne dose d’endorphines, sécrétées lors de l’activité physique, et qui procurent une agréable sensation de plénitude. Le sport produit un peu sa propre drogue, quoi.

En ce qui concerne la dépression, une recherche américaine a même prouvé que la pratique d’un sport procure un effet hautement bénéfique chez ceux qui souffrent de cette affliction. En réalité, elle aurait la même efficacité que la médication, puisque 60 % des patients qui se sont contentés de 30 minutes d’activité physique par jour sont parvenus à surmonter leur dépression sans médication dans le cadre de cette étude. Le même taux de réussite a été obtenu chez ceux qui n’ont été traités que chimiquement.

Sans dire qu’il s’agit d’un remède miracle qui remplace une visite nécessaire chez un professionnel de la santé, on sait désormais que les bienfaits du mouvement sont avérés.

Manger, dormir et tout le reste

On pourrait en dire autant de l’hygiène de vie en général.

Ainsi, le sommeil, la gestion du stress, le maintien d’une vie sociale riche et une saine alimentation constituent autant de remparts contre la maladie mentale.

On voudra aussi éviter les abus de substances stimulantes, comme le café et les boissons énergétiques (souvent bourrées de sucre).

Bien que plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans les problèmes de santé mentale, comme l’hérédité, l’environnement et la myriade d’aléas que comporte l’existence, l’hygiène de vie est le fait d’une poignée de facteurs contrôlables. Leur apport n’est pas négligeable, et peut faire la différence dans notre capacité à gérer des problèmes qui surviennent et qui peuvent nous accabler.

En bref, ils aident à maintenir un équilibre mental stable, à flot, qui nous positionne avantageusement d’un point de vue psychologique lorsque les ennuis se présentent et assombrissent nos jours.

Sortez. Allez faire une marche. Procurez-vous un bracelet électronique et comptez vos pas quotidiens, vos heures de sommeil puis tenez un journal de ce que vous mangez. Cela vous aidera à prendre conscience de vos habitudes et des changements à y apporter.

Quant à votre humeur, vous n’aurez pas besoin d’un gadget électronique pour jauger son amélioration.

Partager: