LAS VEGAS - JAN 09 : Virtual reality demonstration at The Samsung booth at the CES show held in Las Vegas on January 09 2015 CES is the world's leading consumer-electronics show.

Bilan et tendances des objets connectés

Après une année 2015 où l’on a vu l’Internet des objets multiplier les trouvailles en matière de santé connectée, 2016 s’annonce encore plus prolifique. Et ce n’est qu’un début.

Après une année 2015 où l’on a vu l’Internet des objets multiplier les trouvailles en matière de santé connectée, 2016 s’annonce encore plus prolifique. Et ce n’est qu’un début.

L’avenir semble prometteur pour les objets connectés en matière de santé. Selon une étude citée par le magazine Forbes, les investissements dans les entreprises en démarrage (start-ups) de ce domaine atteignent le milliard de dollars américains pour 2015.

À l’heure actuelle, le marché prévoit que la vente d’objets et de vêtements connectés atteindra les 340 millions de dollars en 2016, et les 30 milliards de dollars dans cinq ans.

Pas étonnant que les grandes compagnies du numérique s’y mettent. Qu’on pense à l’Apple Watch, ou aux lentilles cornéennes que développe en ce moment Google en collaboration avec Novartis afin de mesurer la glycémie en temps réel.

Tendances actuelles et à venir

La dernière année a vu se consolider le marché des très populaires bracelets qui permettent de mesurer le niveau d’activité en comptant les pas, en prenant le pouls ou en analysant le sommeil de ceux qui les portent.

Apple a intégré ce marché avec sa montre. Garmin, déjà très avancée dans les technologies pour athlètes, a lancé sa gamme Vívofit, destinée à monsieur et madame Tout-le-Monde. Des compagnies comme Jawbone et Fitbit ont multiplié les produits et développé de nouvelles niches plus luxueuses, en plus d’utiliser des technologies plus avancées qui permettent une meilleure analyse en temps réel des performances.

On a aussi vu se développer des produits à très faible coût dans ce domaine, comme le Mi Band Pulse de la compagnie chinoise Xiaomi.

Mais ce qui apparaît clairement dans la boule de cristal de plusieurs oracles du numérique, c’est qu’on continuera d’assister au développement de nouvelles technologies de la santé principalement orientées vers la mesure de données, afin de prévenir et surtout de traiter les problèmes de santé depuis la maison.

Les glucomètres, stéthoscopes, thermomètres et autres objets de mesure connectés seront de plus en plus nombreux, et les applications qui s’y rattachent aussi.

Soigner par la réalité virtuelle

Mais parmi les choses les plus intéressantes qui naîtront du mariage entre santé et technologies, ce sont sans doute les traitements par la réalité virtuelle qui risquent de connaître l’une des plus importantes percées dans l’usage courant.

D’abord parce que la technologie est de plus en plus abordable – à titre d’exemple, le système de Samsung se transige désormais juste un peu sous la barre des 100 $ US. Mais aussi parce qu’on a vu, en 2015, se multiplier les essais concluants en la matière, qu’on pense au traitement des phobies, des traumatismes, et même de certaines maladies mentales comme la schizophrénie.

En permettant au patient de s’immerger dans un univers inoffensif qui mime le réel, la réalité virtuelle permet au phobique affligé de vertiges d’affronter sa peur des hauteurs dans une sorte de jeu vidéo, ou, dans le cas de schizophrénie, d’entraîner le malade dans l’univers terrifiant de ses hallucinations afin d’apprendre avec mieux vivre avec celles-ci lorsqu’elles surviennent.

Nous continuerons de suivre l’évolution de ces nouveautés et de vous tenir au courant en 2016. Et si on se fie aux prédictions des analystes de ce marché, nous ne manquerons pas de matière…

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca