Comment cesser de vous rendre malade à Noël

Entre la pression qu’on se met pour ne pas décevoir et la nécessité d’endurer des comportements qui nous déplaisent de la part de certains membres de la famille élargie, le temps des Fêtes peut devenir une source d’anxiété plutôt que de joie. Si l’idée de recevoir à Noël ou de subir la belle-sœur suffit à provoquer chez vous des crises d’angoisse, prenez une grande respiration et lisez ces quelques sages conseils.

 

Vous préféreriez carrément passer outre à Noël et rester tranquille?

«Des fois, ça vaut la peine de relativiser les choses, expose le psychologue Marcel Bernier. Notre famille n’est peut-être pas parfaite, mais ça pourrait être pire : on pourrait être seul. Vraiment seul, ne pas avoir le choix de l’être. Plusieurs personnes assument très bien leur solitude le reste de l’année, mais à Noël, ça provoque une certaine souffrance, de la détresse. C’est dur. Alors dites-vous au moins que vous avez une famille, qu’à travers tout cela, il y a de l’attachement, de la joie, des éléments positifs malgré tout. Surtout si vous avez des enfants et que c’est l’occasion pour eux de voir de la famille, dont des cousins et cousines, qu’ils ne voient pas autrement. Même si ça implique d’endurer une ou des personnes qui nous ennuient.»

Vous vous rendez à moitié fou lorsque vous recevez?

«Avouons-le : le stress que nous nous imposons pour recevoir est démesuré, affirme Marcel Bernier. Je m’en fiche s’il n’y a pas quatre plats principaux à un repas de Noël, ou si le ménage n’a pas été parfaitement fait. C’est le cas de la plupart des gens. L’objectif, c’est de se retrouver ensemble, d’être en famille, d’avoir du plaisir. Pas de se chicaner parce qu’on s’en est trop mis sur les épaules alors qu’on a fini de travailler la veille.»

Un membre de la famille élargie est insupportable?

La principale notion d’une relation saine, c’est de trouver le bon dosage entre tolérance et affirmation de soi. «Mais arrangez-vous donc pour avoir le moins de contacts possible avec cette personne, propose le psychologue. Faites équipe avec votre conjoint(e) pour ventiler votre exaspération en privé, et si les choses dérapent, vous pouvez remettre la personne à sa place poliment. Il ne faut pas accuser, mais bien exprimer ce que l’on ressent : ce que tu dis me met mal à l’aise, ça me fait de la peine, je ne me sens pas respecté.» Et si ça dérape, qu’il y a des propos racistes ou autres? «Alors on indique clairement, surtout si on est chez soi, que ces propos-là ne sont pas tolérés. On met ses limites, avec respect, quitte à faire quelques étincelles.»

Chaque année, Noël est l’occasion de laver le linge sale en famille?

«Dans toutes les familles, il y a des choses qui ne sont pas réglées, rassure M. Bernier. Mais le temps des Fêtes, ce n’est pas la bonne occasion pour aborder des sujets sensibles. Pour éviter que les choses soient trop intenses, évitez les séjours prolongés en isolement, comme dans un chalet. »

« C’est sûr que les sentiments de nos frères et sœurs, on les ressent intensément, c’est très proche de nous. Mais il faut réussir à opérer une sorte de défusion, à ne pas se sentir envahi par leurs frustrations. Bref, on se dit qu’ils ont le droit d’être fâchés, mais qu’on n’a pas à se sentir coupable de leur colère. Ça leur appartient.»

Vous êtes épuisé au sortir des Fêtes?

«Nous avons quatre enfants, confie le psychologue. Nous refusons plusieurs invitations et nous nous limitons à deux fêtes de famille pour passer du temps de qualité à flâner, faire des casse-têtes et passer la journée en pyjama. Ce congé, c’est du temps gelé, tout est arrêté, il faut en profiter le plus possible. C’est important de voir la famille, mais il faut éviter l’essoufflement, c’est vraiment crucial.»

Pour ça, ajouterons-nous, il faut apprendre à dire non, à décevoir, et peut-être même à subir les commentaires passifs-agressifs de votre mère qui vous reprochera votre absence au party du 27 chez tante Cécile. Vous pourrez alors relire ce texte depuis le début pour vous convaincre que ce n’est pas la fin du monde.

Partager: