Cinq cas où on ne devrait pas aller à l’urgence

Les urgences débordent, et c’est beaucoup parce que plusieurs personnes s’y trouvent, mais ne devraient pas. Entrevue avec un médecin qui expose cinq cas où l’on ne devrait pas se présenter à l’hôpital, et ce qu’on devrait plutôt faire pour se soigner.

Omnipraticienne volante, Alexandra Shema Bwenge passe beaucoup de temps dans les urgences, un peu partout au Québec. « Souvent, les gens viennent nous voir parce qu’ils ont besoin d’être rassurés, ou de savoir exactement ce qu’ils ont, parce qu’ils se sentent très mal, explique-t-elle. Sauf que, du coup, ils risquent d’attraper d’autres maladies dans les salles d’attente, ou encore d’infecter d’autres patients. »

Cinq cas où l’on devrait rester chez soi

Outre la grippe et la gastro, pour lesquels on sait déjà qu’il est le plus souvent inutile –voire carrément nuisible- de se présenter dans un centre hospitalier pour les soigner, le Dr Bwenge cite une poignée de scénarios pour lesquels l’urgence est parfaitement inutile.

À condition, précise-t-elle, que la personne affectée ne soit ni un bébé de moins de trois mois, ni une personne très âgée, ni quelqu’un souffrant de maladies chroniques.

1) « Votre enfant a plus d’un an. Il fait de la fièvre depuis un jour ou deux, mange et bois, est relativement actif et ne souffre pas d’asthme : alors il ne devrait pas être à l’urgence. Du moins, pas avant trois jours sans amélioration. Les parents ont peur de la fièvre, mais ce n’est pas une maladie. Ça se peut qu’elle ne descende pas, et c’est normal que enfant affecté soit bougon, fatigué, mange peu. On s’assure qu’il boive, on lui donne du Tylénol ou du Advil, pour stabiliser la fièvre. Et aussi : on nettoie bien le nez, parce que les enfants produisent beaucoup de sécrétions, et souvent, quand ils ne dorment pas la nuit, c’est parce qu’ils sont congestionnés. On n’utilise pas du petit Salinex, mais plutôt un produit comme le Sinusrince qui fait entrer l’eau par une narine et la fait sortir par l’autre. »

2) « Vous vous présentez avec un enfant d’environ deux ans qui a mal à l’oreille. Cette dernière ne coule pas, l’enfant ne fait pas de fièvre, c’est donc viral, et nous ne prescrirons pas d’antibiotiques. Suffit de traiter la douleur (voir cas numéro un), et de laver le nez (voir cas numéro un). La douleur devrait persister deux à trois jours. C’est ennuyeux, mais ça passe. »

3) « Vous avez les sinus bouchés depuis plusieurs jours : lavez-le (voir le cas numéro un) . »

4) « Vous avez de symptômes de type gastro : vomissement et diarrhée. Essayez d’abord de prendre du Gravol (qui se fait aussi en suppositoires) pour réduire les nausées, et réhydratez-vous. C’est ce que je vais vous dire de faire si vous venez à l’urgence, aussi bien vous éviter l’attente. Ne vous présentez pas à moins d’être vraiment déshydraté. »

5) « Vous avez un bobo d’articulation qui n’est pas soudain, donc pas une fracture ni une foulure importante (c’est douloureux, mais vous pouvez marcher, mettre un peu de pression, lever le bras blessé, etc), alors il est préférable, si vous avez des assurances avec le travail, ou de l’argent, de vous présenter directement chez un physiothérapeute qui, en plus de diagnostiquer votre problème, pourra aussi vous proposer des exercices pour accélérer votre guérison. »

Pourquoi l’urgence?

« On voit surtout des parents dont c’est le premier enfant à l’urgence » termine le Dr Bwenge. Au second, ils ont pris l’habitude, et savent comment négocier avec les bobos habituels des bébés et des plus vieux.

Mais si on est vraiment inquiet, et qu’on a un médecin de famille, ce n’est pas une mauvaise idée de tenter de le joindre. Il peut parfois se rendre rapidement disponible. De même, les cliniques sans rendez-vous offrent désormais de meilleurs services, permettant parfois d’appeler le matin, et d’être rappelé dans la journée, à une heure d’avis pour la consultation, histoire d’éviter la longue attente sur place.

Et oui, il se peut que vous ayez la grippe même si vous avez été vacciné.

Savoir tout cela, et comment se soigner, éviterait les engorgements dans les urgences. Et on cesserait enfin d’en parler.

 

Partager: