1011187-reste-savoir-usage-jeux-video

Des risques d’alzheimer pour les mordus de jeux vidéo

Même dans la vingtaine, les mordus de jeux vidéo d'action emploient des stratégies typiques du troisième âge pour s'orienter dans l'espace. Une façon de procéder souvent associée à une réduction de matière grise dans l'hippocampe. Et à des risques accrus de troubles neurologiques ou psychiatriques dévastateurs, comme l'alzheimer, la schizophrénie, la dépression ou le stress post-traumatique.

Par La Presse

Même dans la vingtaine, les mordus de jeux vidéo d’action emploient des stratégies typiques du troisième âge pour s’orienter dans l’espace. Une façon de procéder souvent associée à une réduction de matière grise dans l’hippocampe. Et à des risques accrus de troubles neurologiques ou psychiatriques dévastateurs, comme l’alzheimer, la schizophrénie, la dépression ou le stress post-traumatique.

«Depuis 10 ans, les recherches montrent que les gens qui jouent régulièrement aux jeux vidéo ont une meilleure attention visuelle, mais cela pourrait être nocif à un autre niveau», précise en entrevue l’auteur de cette découverte, Gregory West, professeur au département de psychologie de l’UdeM.

 

La Presse Autres articles

La Presse
La Presse est la propriété de Gesca, un membre du groupe de sociétés de Power Corporation™, spécialisée dans l'édition de journaux et de sites web d'information.