Évitez le surpoids d’après les Fêtes

Pour plusieurs, les vacances de Noël, avec leurs nombreux repas de famille ou entre amis, se concluent par un surpoids indésirable. Il y a pourtant moyen d’en profiter sans ensuite monter sur le pèse-personne avec trop d’appréhension. Voici comment.

«Plus on essaie de contrôler son alimentation, plus on risque de perdre le contrôle», illustre la nutritionniste Karine Gravel.

Cela ne signifie pas qu’on peut s’empiffrer sans conséquence. Mais plutôt que d’exercer, à l’année, un contrôle extrêmement strict sur son alimentation résulte le plus souvent en dérives spectaculaires. «Dans ce genre de contexte, on arrive à la période des Fêtes, et il y a comme une urgence d’en profiter.» Alors on exagère.

Les bons et les mauvais trucs

Ne pas se priver tout en ne sombrant pas dans l’autre extrême. Cela demande d’être un peu plus conscient de nos agissements et de ce que nous dit notre corps.

Pour commencer, on écoute les bons vieux signaux de faim et de satiété. Envie de reprendre un morceau d’un mets qu’on a adoré? D’accord, mais il ne faudrait pas non plus ressentir un inconfort ensuite. Et si on n’a plus faim, pourquoi ne pas en emporter une part pour manger plus tard?

Attention à celles et ceux qui s’affament en prévision de gros repas. «À ce moment, le corps est en manque, alors on mange trop, trop vite.» Le jeûne qu’on a fait avant est alors bien contre-productif.

La fatigue, l’alcool et les nombreuses distractions sont aussi les ennemis de l’écoute des signes qui nous indiquent que nous n’avons plus faim. «C’est sûr que Noël, ce n’est pas la période la plus facile pour écouter nos signaux, mais allez-y mollo, et essayez de ne pas alterner entre les extrêmes qui sont de trop et de ne pas assez manger.»

En profiter sans culpabiliser

«Parfois, on mange beaucoup, et on dit que c’est parce qu’on aime la nourriture, expose la docteure en nutrition. Mais en même temps, on avale tout très vite, et si, au début du repas, le plaisir est bel et bien présent, on mange parfois simplement parce qu’il y a de la nourriture devant nous, alors qu’on est rassasié.»

Mangez en pleine conscience. Savourez ces aliments que vous mangez rarement et prenez la pleine mesure du plaisir que vous ressentez. Vous ne serez alors pas déçu lorsqu’on vous offrira une seconde portion que vous refuserez parce que vous n’avez plus faim.

«Et puis allez jouer dehors, profitez-en», propose Karine Gravel. Parce qu’avec tout ce temps devant vous, autant en profiter pour faire autre chose que de vous asseoir devant la télé, et brûler quelques calories en inhalant le vivifiant air hivernal avec les membres de votre famille. Il n’y a pas que l’été qui est fait pour jouer.

Partager: