Haro sur des produits de beauté

Par Le Devoir – Des chercheurs américains sonnent l’alarme. Le recours fréquent aux cosmétiques, parfums et autres produits de beauté peut aller jusqu’à doubler l’exposition des adolescentes à certains perturbateurs du système endocrinien au potentiel toxique.

Réalisée par des chercheurs du Center for Environmental Research and Children’s Health (CERCH) de l’École de santé publique de l’Université de Berkeley, l’étude a suivi pendant plusieurs jours la concentration de plusieurs agents chimiques courants chez une cohorte d’une centaine de jeunes filles.

Partager: