pexels-photo-173666

Impliquer toute la famille

C’est le dernier volet de notre série estivale sur les nouvelles habitudes de santé à adopter. Voici comment impliquer toute la famille dans le changement, afin de façonner des adultes en pleine possession de leurs moyens.

Des modèles d’individus qui se prennent en main, sont actifs, surveillent leur alimentation et ont généralement leur santé à cœur sont nécessaires. Tant pour les enfants, les conjoints que pour les collègues et les amis. Pourquoi? Car ils inspirent à adopter de nouveaux comportements.

Il est donc intéressant d’impliquer toute la famille dans ce processus de changement.

Parce que nous façonnons la génération de demain, et que celle-ci souffre déjà tellement des maux occasionnés par la sédentarité et la malbouffe (surpoids, hypertension, diabète de type 2, cancer) que pour la première fois de l’histoire de l’humanité, son espérance de vie sera inférieure à celle de ses parents.

Mais aussi pour le simple plaisir qu’engendre le bien-être lié à de saines habitudes.

pexels-photo-305244

Faire du sport ensemble

Dans une étude réalisée en 2013, le Dr Leonard H. Epstein, de l’Université de Buffalo, a comparé deux groupes d’enfants souffrant de problèmes d’obésité. Les premiers devaient faire du sport en suivant un programme. Les seconds, dont les parents étaient le plus souvent en surpoids, devaient les accompagner en observant le même agenda.

Résultat : les enfants qui faisaient du sport avec leurs parents réussissaient beaucoup mieux et respectaient plus scrupuleusement la prescription.

Plusieurs raisons expliquent ce bilan, à commencer par la motivation supplémentaire, de part et d’autre, à accomplir la tâche. Mais au-delà, il faut prendre en compte l’idée du plaisir à passer du temps ensemble et à pratiquer des activités agréables.

Pas nécessaire de vous inscrire à une course de 5 km en famille. Sortez seulement les vélos le plus souvent possible, essayez des activités nouvelles, comme une balade en canot sur une rivière facile à naviguer ou une randonnée en raquettes. Mettez le sport et le plein air à votre horaire, et transformez-les en autre chose qu’une habitude santé : faites-en un événement social positif. Par la suite, vos enfants reproduiront le geste avec leurs amis, leurs conjoints et puis, éventuellement, leur progéniture.

Besoin d’inspiration pour jouer dehors? Consultez le site de Wixxmag, spécialisé dans la santé des familles.

ingredients-butter-cheese-cookies-162786

Découvrir la cuisine

Bien manger, c’est avant tout éviter la nourriture transformée, car dans ces aliments se trouve beaucoup de gras à proscrire, et surtout de sucre caché. C’est ce dernier qui serait en bonne partie responsable de l’épidémie d’obésité qui sévit dans le monde actuellement.

Mais s’alimenter mieux, ça se fait surtout dans le plaisir de la découverte.

Il faut donc créer un environnement positif autour de la nourriture en :

 

  • mangeant en famille, sans distraction comme la télé
  • évitant les collations trop sucrées ou trop grasses
  • ne se servant pas de la nourriture comme d’une récompense ou d’une punition

Mais on peut aussi impliquer ses enfants dans la confection des repas et ainsi démystifier l’acte de cuisiner. En semaine, ce n’est pas toujours possible. Mais profitez du week-end pour laisser vos jeunes s’activer aux chaudrons.

bcover_premierLivreRicardo

Mon premier livre de recettes, de Ricardo, est tout indiqué pour cette période d’essai.

Sinon, laissez-les vous tourner autour. Faites-leur goûter à ce que vous préparez. Expliquez-leur comment on cuisine les aliments.

famille-futee33

Pour des recettes simples, à faire sans se casser la tête, essayez celles de l’émission Cuisine futée, parents pressés.

Mais surtout : n’achetez pas, ou très peu, de nourriture de mauvaise qualité, et faites des aliments sains une priorité au quotidien à la maison. Inutile de bannir entièrement la malbouffe. Mais faites de cette dernière l’objet d’une sortie exceptionnelle au restaurant, par exemple.

pexels-photo-341378

Apprendre à se parler

À une époque où les réseaux sociaux et les appareils électroniques accaparent de plus en plus les enfants et les adolescents, il est important d’établir des liens forts avec ceux-ci, et de restreindre l’utilisation de ces gadgets qui ont un effet grave sur la santé mentale des jeunes.

Un récent article de The Atlantic soulignait d’ailleurs des liens corrélatifs entre l’augmentation de l’usage des téléphones portables chez les adolescents et leur sentiment de mal-être grandissant.

Amorcez le dialogue sans être trop intrusifs. Parlez calmement de ce qui vous dérange dans leurs comportements, et encouragez-les à se confier à vous s’ils se sentent mal. Et faites attention à ne pas faire de vos enfants des déversoirs pour vos trop-pleins émotifs.

Des familles qui savent se parler participent à la construction d’individus capables de verbaliser leurs sentiments, leurs insatisfactions ou leurs peines sans sombrer dans les excès qui entraînent des conflits insolubles.

Il était question, plus haut, de manger en famille, de faire du sport ensemble. Dans ces activités se tissent des liens qui se traduisent souvent par une plus grande facilité à communiquer et à se livrer.

La santé des familles tient donc en une poignée de gestes et de facteurs qui interagissent et sont d’une importance capitale dans le développement des adultes de demain, dont nous avons la responsabilité.

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca