Capture d’écran 2016-09-29 à 17.37.43

Insomnie et alcoolisme: solutions technos

L’alcoolisme et le manque de sommeil : voilà deux problèmes de santé que les technos peuvent contribuer à soigner. À condition de faire appel à l’imagination, et à la science.

Instagram pour prévenir l’alcoolisme

Début août, Louise Delage apparaissait sur Instagram, récoltant rapidement le suivi de nombreux utilisateurs du réseau social. Jolie, branchée, menant une existence enviable, Louise a vu son réseau atteindre 50 000 personnes en moins de deux mois.

Mais très vite, plusieurs observateurs signalent ce compte et s’interrogent sur son authenticité. Qui est derrière Louise Delage? se demande une journaliste de Libération qui part à la chasse .

Il appert qu’une agence publicitaire se cachait derrière ce compte. Et qu’à bien y voir, on constate que la jeune femme qui incarne le personnage fictif de Mlle Delage a toujours un verre à la main. Sur toutes ses photos.

L’objectif de la campagne au profit d’Addict’Aide était donc de souligner que malgré la proximité, il se peut que les problèmes d’alcool d’un proche nous passent sous le nez sans qu’on s’en rende compte. Mais aussi que l’usage quotidien d’alcool en importante quantité est à ce point banalisé qu’on ne le remarque même plus.

Une app pour améliorer le sommeil qui fonctionne, c’est prouvé

Les problèmes de sommeil comptent parmi les plus importants ennuis de santé en Occident. Ils sont directement ou indirectement responsables de nombreux problèmes plus graves encore, en plus de nuire considérablement à la stabilité psychologique et à la productivité.

Pas étonnant que les applications pour améliorer le sommeil pullulent. Mais fonctionnent-elles pour autant? Et surtout, une application de type «cognitivo-comportementale» est-elle aussi efficace qu’une rencontre avec un psychologue?

Big Health, qui est à l’origine de l’app Sleepio, a voulu dissiper les doutes en commandant une étude comparative. Celle-ci est apparemment concluante et s’ajoute à d’autres tests scientifiques qui démontrent l’efficacité de l’outil.

Nous sommes à l’ère de la validation scientifique des objets connectés et des applications. Big Health l’a compris et s’est donné les moyens de répondre à ses détracteurs par la rigueur scientifique plutôt que le marketing.

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca