Jeu vidéo et santé

En se basant sur les principes de la cohérence cardiaque, la multinationale du jeu vidéo Ubisoft annonce son intention d’investir le monde de la santé avec une application et un capteur de rythme cardiaque connecté, leur couplage servant à développer des habitudes antistress.

Le jeu vidéo, c’est beaucoup des objets connectés et des plateformes interactives. Il y a longtemps eu les manettes. Puis les techniques de détection de mouvement ont permis aux fabricants de consoles ainsi qu’aux concepteurs de jeux d’investir le monde de la mise en forme. Pensons à la Wii Fit de Nintendo ou aux nombreuses applications sportives de la Kinect de Microsoft.

Avec O.zen, que vient de lancer Ubisoft France, on a le sentiment d’assister à une nouvelle étape. Celle où des objets connectés, spécialement conçus pour une fonction précise et une application unique, servent désormais des besoins d’analyse afin d’améliorer concrètement la qualité de vie des utilisateurs.

Oui, les concepteurs de jeux prennent d’assaut le monde de la santé connectée.

La respiration qui soigne

O.zen d’Ubisoft est une application qui permet d’apprendre à mieux respirer afin d’harmoniser son souffle à ses battements cardiaques. À l’achat, l’application comprend une interface pour tablettes électroniques et un capteur de battements cardiaques.

Les applis qui tentent de faire prendre conscience du rythme de la respiration ne sont pas nouvelles, certes. Entre celles qui penchent du côté de la méditation pleine conscience et les autres qui visent à nous faire prendre acte de notre souffle et de son influence sur notre bien-être (dont RespiRelax, la favorite d’un de nos experts, un psychologue qui la recommande à ses patients), les dispositifs du genre sont légion.

Mais O.zen va un peu plus loin.

Ce jeu santé repose sur le principe de la cohérence cardiaque, développé par le Dr David Servan-Schreiber, qui a pour objectif de ralentir la respiration pour l’accorder à un rythme cardiaque idéal. On inspire pendant cinq secondes, on expire sur la même durée, et on poursuit ainsi pour au moins trois minutes. Préférablement cinq. À répéter trois fois par jour.

Le but : programmer le corps à suivre ce rythme automatiquement, afin de contrer les effets du stress qui, souvent, bloque la respiration, ce qui provoque une spirale anxiogène nocive.

Environnement favorable

Le problème, lorsqu’on tente de s’adonner à la cohérence cardiaque, c’est qu’il nous manque les outils pour nous assurer que nous atteignons le rythme idéal. Mais aussi, qu’au final, on s’ennuie un peu et on abandonne.

Dans un environnement à la fois ludique et propice à la concentration, le design et la lenteur du déroulement des animations d’O.zen tendent à nous aider à entrer en nous-mêmes, à la limite de la transe induite par les effets visuels et sonores.

L’application propose d’analyser notre rythme cardiaque sous plusieurs angles, à travers quelques jeux qui permettent d’ajouter un peu de variété dans cette recherche d’équilibre. C’est là que l’expérience du monde du jeu vidéo fait la différence : dans cette capacité à créer des environnements, des univers, à fabriquer des ambiances. Et techniquement, on s’assure de bien faire les choses jusqu’à ce que le cerveau ait intégré cette nouvelle manière de respirer, plus harmonieuse.

Partager: