La semaine en santé – 15 janvier

Si le gouvernement canadien va de l’avant avec son projet d’étiquetage de la malbouffe, d’ici cinq ans, l’industrie alimentaire devra afficher un logo explicitant que le contenu d’un produit excède de 15 % la valeur quotidienne maximale en matière de sucre et de gras. L’objectif du gouvernement canadien? Forcer l’industrie à modifier les recettes de ses produits, et informer la population en empêchant les compagnies de noyer l’information négative dans une mer de messages contradictoires qui portent à confusion.

images

C’est maintenant une habitude : le Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas est devenu la plateforme de dévoilement de nombreuses technologies liées à la santé. Aux moniteurs cardiaques et autres montres intelligentes s’ajoutent cette année quelques trouvailles, dont une bague connectée, une montre qui mesure le taux de glucose sans échantillon de sang et des capteurs de contractions pour les femmes enceintes dont la grossesse est arrivée à terme.

pexels-photo

À partir du 26 janvier, il ne sera plus permis pour les médecins en clinique privée ou ailleurs de faire payer aux patients des frais accessoires. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui dit vouloir améliorer l’accessibilité aux soins. Évidemment, les gestionnaires de cliniques et plusieurs médecins -qui y voient une importante perte de revenus- sont en désaccord avec cette mesure.

Partager: