bigstock--132450701

Le barbecue santé

Du barbecue oui, mais pas seulement de la viande

La saison du gril rime souvent avec gras – steak avec patates, saucisses avec frites… Il existe cependant d’autres manières de profiter du crépitement de la nourriture qu’on fait cuire sur le feu, afin de varier la palette des saveurs et d’améliorer l’apport nutritif.

C’est l’été. Suffit de mettre le nez dehors à l’heure des repas pour humer le parfum caractéristique de la viande grillée : partout dans ce pays où la belle saison est éphémère, on célèbre en cuisinant sur le barbecue.

Depuis longtemps, ce type de cuisine est affaire de steaks, côtelettes, saucisses et autres délices protéinés. Ils sont cependant gras et limités sur le plan nutritif. On ne parle même pas des accompagnements, qui trop souvent se résument à des pommes de terre en papillote sur lesquelles on étendra des kilomètres de beurre ou de crème sure.

Ce qui n’est pas mauvais en soi. À condition de ne pas en faire une habitude.

Reste qu’à la longue, tout ça devient aussi un peu ennuyant.

La variété

L’important est de varier ses repas, et d’ainsi éviter la prise de poids estivale, souvent synonyme de vacances qui, en plus, s’arrosent copieusement de vin et de bière qui ajoutent à la charge calorique.

On ne boudera pas son plaisir, et on peut bien continuer de faire griller son steak. Seulement, il faudrait songer à apporter un peu de variété au menu. Ne serait-ce que pour avoir l’apport nécessaire en nutriments. Mais aussi pour aiguiser un peu sa curiosité alimentaire.

«On peut vouloir réduire sa consommation de viande rouge pour toutes sortes de raisons, qu’elles concernent l’environnement ou la santé, débute la nutritionniste Catherine Lefebvre. Mais je trouve que la belle saison est tellement courte et riche en propositions que ça vaut la peine d’essayer de nouvelles choses, des aliments qu’on n’aurait pas pensé cuisiner sur le barbecue.»

Elle propose de griller un chou-fleur entier, sans même le découper : «Ça se fait super bien. Suffit de quelques épices, d’un peu d’ail, et c’est fini. Zéro préparation à part ça.»

Les légumes entiers sont particulièrement intéressants à cuisiner, insiste-t-elle : poireaux, laitues, maïs en épi, courges Butternut. «Ce sont des choses auxquelles on n’aurait pas pensé, mais ça marche! La surface caramélise, c’est beau et c’est délicieux.»

«Pimper» sa cuisine végé

«Quand j’ai écrit mon premier livre, poursuit la nutritionniste, c’était un recueil de recettes végétariennes, mais je voulais qu’elles soient vraiment savoureuses, parce que ça s’adressait aussi aux gens qui ne sont pas végétariens. J’avais donc fait beaucoup de recherches et on m’avait suggéré du tofu dans une marinade au whisky. C’est une marinade identique à celle pour des ribs, et c’est certain qu’en bouche, ça ne se ressemble pas, mais c’est quand même très intéressant quand c’est fait de cette façon.»

Voilà une manière d’intégrer des aliments plus sains en conservant les saveurs connues du gril.

Mme Lefebvre propose aussi d’essayer de cuisiner le tempeh, plus goûteux que le tofu. «Mais mariné, aussi, pour lui donner de la saveur.»

Et sinon, pourquoi ne pas suivre le cycle des saisons et piger dans la section des fruits de mer? «Pour la santé, mais aussi parce que c’est délicieux!» Homards, poissons et consorts ne demandent qu’à être grillés eux aussi.

Et si vous avez des doutes concernant la préparation, suffit de «googler».

Les chances sont bonnes que les recettes de Ricardo apparaîtront dans le lot. Le chef vedette consacre d’ailleurs beaucoup d’espace de son site à des recettes de barbecue extrêmement variées, comme une grillade de polenta.

Pourquoi ne pas en profiter pour essayer quelque chose de nouveau?

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca