Le cannabidiol est-il un remède miracle?

Le cannabidiol (CBD) connaît son heure de gloire. C’est encore plus vrai depuis la légalisation du cannabis au Canada. Mais l’intérêt qu’on lui porte est-il justifié?

Contrairement au tétrahydrocannabinol (THC), autre principale composante du cannabis, le CBD ne procure pas d’effet psychotrope. Il n’affecte donc pas le cerveau.

Mais cela ne veut pas dire qu’on ne ressent rien si on en ingère.

Ses adeptes décrivent les sensations qui accompagnent la prise de ce produit comme celles ressenties au sortir d’un bain chaud, lorsque le corps est gorgé d’endorphines après une course dehors ou qu’il nage dans le bonheur namastien dans les heures suivant une séance de yoga.

Une sorte de buzz pour le corps dont les vertus semblent sans fin, si on en croit les apôtres de la substance. Ainsi, on prête au CBD la capacité de soigner l’épilepsie, d’éliminer la douleur chronique ou passagère, d’apaiser les anxieux, d’aider à trouver le sommeil, de réduire le stress… et on en passe. Certains prétendent aussi qu’il a des vertus calmantes qui favorisent la concentration et facilitent les rapports sociaux. Ce qui ne se produit pas exactement après qu’on a inhalé de grosses bouffées d’un indica à forte teneur en THC…

Un élixir ou une saveur du moment?

Malgré un marché florissant où on décline le CDB sous une multitude de formes (en vaporisateur, en huile, en bombes pour le bain, dans le chocolat, les grains de café…), bien peu d’études existent afin de corroborer l’efficacité du constituant.

Mais elles commencent à se multiplier, et sont plutôt encourageantes, comme l’indique une étude réalisée à l’Université McGill et dont les résultats viennent d’être publiés.

Il est toutefois beaucoup trop tôt, comme le souligne le professeur en biologie Étienne Hubert Chatelin, pour crier au remède miracle. D’autant qu’on ignore encore quels pourraient être les effets secondaires nuisibles liés à l’usage du CBD.

Comme l’indique le New York Times dans un récent article entourant la popularité de ce nouveau produit : chaque époque a sa drogue. Un anxiolytique à base de plante paraît répondre à merveille aux démons de ce début de millénaire, de même qu’à ses aspirations. Se libérer de l’anxiété qui nous ronge, répondre à un désir de mieux-être et revenir aux médecines plus naturelles : voilà qui résume parfaitement les sources de l’intérêt qu’on porte au CBD, dont les vertus thérapeutiques ne seront jamais aussi importantes que l’excitation qu’il suscite en ce moment.

Partager: