Le cœur, une autre victime du cancer

Par Le Journal de Québec – Des études récentes montrent que les personnes atteintes du cancer ou qui ont survécu à la maladie sont beaucoup plus à risque de décéder d’une maladie du cœur.

Historiquement, la cardiotoxicité de certains traitements anticancéreux a été le premier exemple du lien potentiel entre les maladies du cœur et le cancer. Cet effet ­secondaire est particulièrement bien documenté pour les anthracyclines (doxorubine, par exemple), une classe de médicaments de ­chimiothérapie utilisés pour le traitement de plusieurs types de cancers.

Partager: