Les commotions cérébrales triplent le risque de suicide chez les adultes

Par Le Devoir – Le risque à long terme de suicide est trois fois plus élevé chez les adultes qui ont déjà subi une commotion cérébrale, et le risque est encore plus important si la commotion s’est produite la fin de semaine, selon une étude réalisée par des chercheurs ontariens.

Le docteur Donald Redelmeier a expliqué que les médecins peuvent sous-estimer l’impact d’une commotion cérébrale sur la santé du patient en raison de la rapidité avec laquelle les symptômes peuvent se résorber.

Partager: