L’obésité et la maladie : de cause à effet

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’obésité a atteint d’effarantes proportions. On parle d’une épidémie mondiale, 2,8 millions de personne décédant chaque année de surpoids. Sans parler du fardeau que cela fait peser sur les systèmes de santé.

Toujours selon l’OMS, le surpoids concerne 1,4 milliards de personnes. Parmi elles, 200 millions d’hommes et 300 millions de femmes sont obèses.

Chirurgien bariatrique à Montréal, le Dr Pierre Garneau connaît bien les nombreux problèmes relatifs au surpoids et à l’obésité. Et afin de faire de la prévention efficace qui ne s’embarrasse pas de la rectitude politique, il réfute d’emblée le concept de gens obèses « bien dans leur peau », et qui n’ont donc pas à changer leurs habitudes.

« On ne peut pas dire ça. Parce que le surpoids ne vient pas seul. Il s’accompagne d’une multitude de problèmes de santé et de maladies en tous genres qui en font un véritable fléau. Il ne faut pas banaliser ça. »

Comment se situer?

Bien que les nutritionnistes tendent à abandonner le concept de poids santé selon l’indice de masse corporelle (IMC), celui-ci demeure toujours la mesure reconnue – même si contestée – afin de classer les individus (elle ne donne cependant pas une mesure précise de l’adiposité chez chacun).

Pour mesurer son IMC, le calcul est relativement simple. En système métrique, on divise son poids par sa grandeur au carré. Par exemple : 75kilos / (1,80×1,80) = 23.

Une personne en surpoids a une IMC égale ou supérieure à 25.

Une personne obèse a une IMC égale ou supérieure à 30.

Les conséquences

Le Dr Garneau insiste : l’obésité tue. « Le diabète est la maladie numéro un au monde, avec le plus gros impact sur la mortalité, et elle est directement associée à l’obésité », détaille-t-il.

Au diabète, il ajoute comme autres afflictions majeures liées au surpoids l’apnée du sommeil et l’hypertension. Mais aussi une myriade de maux qui vont de l’arthrose prématurée (des genoux, par exemple) au cancer. « Il n’y a pas de certitude exacte quant à la cause des cancers (est-ce le tissu adipeux ou l’alimentation?), mais on sait qu’ils sont plus fréquents chez les personnes en surpoids. »

À cela, il ajoute les maladies lipidiques (cholestérol), les thrombophlébites qui risquent de provoquer des embolies pulmonaires, les maladies cardiaques et le reflux gastro-oesophagique.

L’impact du surpoids est à ce point flagrant que le médecin va jusqu’à dire que chaque kilo perdu chez une personne obèse représente un bénéfice important pour sa santé.

En fait, selon les cas, les risques d’être touchés par une des maladies mentionnées plus haut diminuent de 50% à 85% si on retrouve un poids santé.

Partager: