Mal de dos : le yoga à la rescousse

C’est scientifiquement prouvé : le yoga est bénéfique chez ceux qui souffrent de maux de dos. Tour d’horizon d’une discipline physique et spirituelle dont les bienfaits sur la santé ne sont plus à démontrer.

 Position du guerrier. Chien tête en bas. Archer. Corbeau. Ces noms sont en voie de passer dans l’usage courant tellement les adeptes de yoga se multiplient, et adoptent le vocabulaire désignant ses nombreuses postures.

Tonifiant et relaxant, le yoga a aussi comme vertu d’aider les gens souffrant de plusieurs maux à s’en débarrasser. À commencer par le mal de dos.

Régler le problème à la source et soigner

«Peu importe leur âge, 95 % des gens qui arrivent chez nous ont des problèmes de dos», affirme Amélie Beaumont. Autrefois journaliste à Radio-Canada, elle s’est jetée à corps perdu dans cette discipline, alignant les formations jusqu’à développer une expertise certaine, et possède désormais trois centres Yoga Fitness dans la région de Québec.

«Les gens passent leurs journées assis, poursuit-elle. Ils développent des troubles posturaux, parfois sans s’en rendre compte, et ont le dos voûté, des cyphoses thoraciques, des faiblesses musculaires et des raccourcissements des muscles.»

Des clients débarquent chez elle avec des trapèzes contractés, des douleurs au cou, et elle constate parfois chez eux une diminution de la mobilité des vertèbres ou des contractures devenues permanentes.

«Je leur conseille d’aller d’abord à la source du problème et de modifier leur poste de travail afin de le rendre plus ergonomique», dit Amélie Beaumont. Puis, elle utilise le yoga pour les aider à retrouver une posture plus fonctionnelle. «Le mal de dos, c’est le mal du siècle», laisse-t-elle tomber.

Le yoga soigne la douleur, c’est prouvé

S’il s’en trouve pour douter des vertus bénéfiques du yoga sur les maux de dos, la science leur permettra de réviser leurs positions, car de plus en plus d’études démontrent qu’à court comme à moyen terme, la pratique régulière de cette activité contribue à réduire les douleurs lombaires.

Les méta-analyses, qui constituent la revue en masse de plusieurs études scientifiques afin d’en dégager un consensus, sont formelles : ça fonctionne.

Mais comment?

«Le but du yoga, depuis des millénaires, c’est de retrouver le calme, explique Amélie Beaumont. Quand le corps et l’esprit sont apaisés, le stress diminue, et c’est le début de l’élimination des tensions.» Les postures d’étirement et de renforcement qu’on y pratique permettent ensuite au corps de retrouver l’équilibre, de reprendre des forces.

«Aucune importance si on est fort ou pas, souple ou pas, souligne l’instructrice. On y va selon son rythme et ses propres capacités. Ce n’est pas une compétition. Ni contre les autres ni contre soi-même. Et c’est encore moins une audition pour le Cirque du Soleil. Ce qui compte, c’est la pratique soutenue, et non pas de réussir des postures spectaculaires.» Donc, en faire souvent, et s’améliorer à son rythme.

Mme Beaumont insiste sur la nécessité de travailler avec des professionnels de la santé, ce qu’elle encourage en suivant leurs recommandations dans le suivi de gens aux prises avec des problèmes particuliers.

«Il faut aussi s’assurer que les professeurs de yoga qu’on fréquente sont bien formés, et qu’on se sent à l’aise dans leurs cours», conclut-elle.

Partager: