Maladie d’Alzheimer : les mythes

Il n’existe, pour le moment, aucun moyen de guérir de la maladie d’Alzheimer. Son incurabilité et ses effets dévastateurs sur la mémoire stimulent donc l’imaginaire et la circulation de faussetés qui se répandent trop facilement sur Internet. On met les pendules à l’heure.

Parmi les changements qui peuvent être interprétés comme un signe précurseur de la maladie d’Alzheimer, il y a évidemment la perte de mémoire. Ce n’est pas le seul, puisqu’on compte au moins une dizaine de symptômes et de comportements qui peuvent indiquer le début de cette forme de démence : fortes sautes d’humeur, changements dans la personnalité, désorientation, perte du jugement, du sens de l’initiative ou de la compréhension de concepts abstraits.

Mais la perte de mémoire n’est ni une condamnation ni un signe absolument certain que l’on est atteint de cette terrible maladie.

Par ailleurs, si on oublie régulièrement des événements, qu’on a de la difficulté à se souvenir d’informations récentes et qu’on se met à ranger des objets au mauvais endroit alors qu’on est généralement pétri d’habitudes, il n’est pas ridicule de consulter son médecin et de lui en faire part.

Ce sont là aussi des signes précurseurs de la maladie. Mais il se peut également qu’on souffre d’autres troubles cognitifs, chacun étant particulier et nécessitant un traitement et un suivi qui lui est propre.

Et peu importe la maladie, un diagnostic hâtif est toujours préférable.

Attention aux mythes sur l’Alzheimer

Un diagnostic d’Alzheimer n’est cependant pas synonyme de la perte instantanée de la qualité de vie. Si on suit quelques règles élémentaires d’hygiène de vie comme manger sainement, faire de l’exercice physique régulièrement et stimuler son cerveau, on peut maintenir une vie active et enrichissante pendant plusieurs années, selon le moment du diagnostic et la rapidité de l’évolution du trouble.

Il existe une myriade de rumeurs erronées à propos de la maladie d’Alzheimer. Par exemple, que si nos parents en sont atteints, on le sera nécessairement nous aussi. En fait, l’Alzheimer «familial» ne représente que 5 % des cas.

Dans le même ordre d’idées, il est important de savoir qui si une bonne hygiène de vie est souhaitable et qu’on croit qu’elle aide à ralentir l’apparition de la maladie, elle ne permet pas de la prévenir. Ni les vitamines, d’ailleurs. Et rien ne prouve que l’aluminium soit la cause de l’Alzheimer.

Dans le doute, n’hésitez pas à consulter votre médecin. Il saura vous guider dans le processus de dépistage et vous donner l’heure juste à propos de vos craintes, fondées ou non.

 

Source : Société d’Alzheimer du Canada

Partager: