bigstock--132919457

Mauvais sommeil, mauvaise santé

EN RAPPEL. Nous profitons de la belle saison pour mettre sur la route de vos vacances nos meilleurs textes de l’année. Cette semaine: les effets d’un mauvais sommeil sur la santé.

Selon plusieurs spécialistes de la santé, le manque de sommeil est l’un des principaux responsables de la mauvaise santé des individus. Et pourtant, on célèbre les personnalités publiques et autres géants des affaires qui affirment dormir très peu. Cherchez l’erreur.

Le manque de sommeil est une véritable plaie. C’est un mal insidieux, responsable d’une pléthore de maladies, qui ruine aussi l’équilibre mental et nuit à la productivité.

Pourtant, on ne cesse de lire des reportages ou des entrevues avec des personnalités publiques qui font l’apologie de nuits écourtées. Évidemment, comme le temps, c’est de l’argent, elles passent celui dont elles disposent à en faire un peu plus.

Mais à quel prix?

Le sommeil et le poids

Les chercheurs sont désormais catégoriques : avec l’alimentation et l’activité physique, le sommeil complète le trio des pratiques saines associées à une bonne santé.

Or, le manque de sommeil vient annuler tous les bénéfices des autres. D’autant qu’il est difficile de maintenir une bonne alimentation lorsqu’on dort mal. La nuit, lorsque nous dormons, nous sécrétons de la leptine, une hormone liée à la satiété. Ce qui explique les fringales les lendemains de courtes nuits.

Selon plusieurs chercheurs, dont le Dr Pierre Mayer de la Clinique du sommeil de l’Hôtel-Dieu du CHUM, le lien entre l’épidémie d’obésité qui sévit dans les sociétés occidentales et la réduction du sommeil moyen chez les individus ne relève pas de la coïncidence. Au contraire. Si nous mangeons trop, et mal, c’est en bonne partie parce que nous dormons en moyenne deux heures de moins par nuit que ce qui est souhaitable.

Le sommeil et l’hypertension

La nuit, le cœur ralentit et la pression artérielle baisse d’environ 10 à 15 %. Cela permet à l’organisme de ralentir la cadence, de réduire la pression, et aussi d’abaisser son stress, un des responsables d’une haute tension artérielle. Chez les adultes, et même chez les adolescents, on observe qu’un sommeil trop court ou de mauvaise qualité influence la tension à la hausse. Chez des sujets dormant cinq heures par nuit, on a observé un risque doublé de développer de l’hypertension artérielle comparativement à des personnes dormant sept à huit heures par nuit.

L’apnée du sommeil, qui nuit considérablement au repos, serait aussi la source de problèmes artériels. Plus du tiers des personnes hypertendues en souffriraient.

Le sommeil et la santé mentale

D’autres recherches associent le manque de sommeil à plusieurs problèmes psychologiques. Anxiété, stress, dépression et bipolarité sont des causes d’insomnie, mais cette insomnie est aussi un facteur aggravant chez les personnes qui souffrent de maladie mentale. Ce qui provoque un dangereux cercle vicieux.

En outre, l’insomnie augmente le risque de dépression chez les personnes qui ne souffraient pas de la maladie auparavant. Elle en serait donc une des causes possibles, ou un accélérant.

Il faut aussi considérer la variabilité de l’humeur comme une des conséquences du manque de sommeil. Irritabilité, émotions exacerbées, impatience comptent parmi les troubles associés à l’insomnie ou aux nuits écourtées.

Le sommeil idéal

S’il n’existe pas de règle universelle pour les heures de sommeil idéales, les experts considèrent qu’un adulte devrait dormir entre sept et neuf heures par nuit, et que les heures de sommeil avant minuit sont les plus réparatrices.

Toutefois, certaines personnes pourront se contenter de six heures de dodo sans que leur santé en subisse de conséquences importantes, mais sous cette barre, le corps et l’esprit en prennent un coup. Et cela va en s’aggravant à mesure qu’on accumule une dette de sommeil, courant vers la faillite, les yeux grand fermés.

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca