Maux de dos : recommencer à bouger

Lorsqu’il s’agit de composer avec des blessures et des maux de dos, plusieurs se sentent démunis tellement les messages contradictoires se répondent pour finalement ne laisser d’espace qu’à la confusion.

Est-il préférable de s’immobiliser, de continuer à bouger? Et si on bouge, on fait quoi et comment?

« Il y a beaucoup de mythes en ce qui concerne les maux de dos », concède Jean-François Harvey. L’ostéopathe et auteur d’un ouvrage sur l’entraînement spinal (dont le sous-titre est « pour en finir avec les maux de dos ») et d’un autre livre sur les bonnes pratiques en course à pied passe donc en revue certaines de ces croyances erronées.

Le « six pack »

Par exemple, qu’il faut muscler ses abdominaux pour renforcer son dos.  « Encore faut-il savoir quoi faire, et surtout ne pas muscler ceux qui sont en surface, le fameux « six pack » : ça ne sert à rien. Pire : il a été démontré que les redressements assis augmentent les problèmes, en accentuant la pression des disques intervertébraux ». En cas de hernie discale, ce n’est pas recommandé.

Le yoga : nocif?

Le yoga est-il bon pour le dos, lui? Jean-François Harvey croit que ça dépend. « On voit beaucoup de gens en clinique qui se blessent en faisant du yoga, dit-il. C’est une pratique très en vogue depuis quelques années, et certaines écoles sont très bonnes, mais quand on fait une analyse biomécanique, il y a facilement le quart des postures qui sont contre-indiquées pour les maux de dos. À moins, bien sûr, qu’elles soient adaptées, ou faites par une personne qui a une très bonne condition physique, parfois même qui est hyperflexible. »

Préparation à la méditation, à la base, le yoga est devenu un entraînement sportif dans son acception américaine. Il est donc compétitif, et l’on tente souvent de brûler les étapes et d’effectuer des postures qui s’avèrent dangereuses. « Les groupes sont nombreux, les profs corrigent peu les erreurs, alors on va prendre des risques et faire, par exemple, des postures sur la tête, qui sont très difficiles pour le dos. Et même des postures comme le cobra peuvent être nocives. »

Le dos faible

Enfin, faut-il muscler son dos pour le rendre plus résistant aux blessures?

« C’est un autre mythe : on a mal au dos parce qu’on a les muscles du dos faibles, poursuit Jean-François Harvey. Mais les muscles superficiels du dos sont rarement en cause. Ce sont les muscles plus profonds qu’il faut travailler, ou alors chercher la source d’un déséquilibre musculaire. Ce n’est pas toujours évident ».

 

À suivre : les bonnes pratiques pour guérir son dos

//

Jean-François Harvey est l’auteur de L’entraînement spinal et Courir Mieux aux Éditions de l’homme.

Il pratique à la clinique Spinal Mouvement de Montréal.

 

Partager: