Naturopathie, cancer et mieux-être

En quoi consiste exactement la naturopathie et quelles sont ses limites? Peut-on soigner des maladies graves, comme le cancer, en modifiant son alimentation? Rien ne le prouve. Mais rien n’indique que ça puisse nuire.

Si la naturopathie suscite autant la controverse, c’est beaucoup parce qu’une fraction de la communauté que composent ses adeptes et ses praticiens préfère la croyance à la science.

Mais qu’est-ce que la naturopathie exactement?

«C’est une approche holistique de la santé qui remonte à la Grèce antique, expose Mathieu Lapierre, de l’Association des naturopathes du Québec. C’est une science de la santé et de l’hygiène de vie où l’alimentation, l’apport des plantes médicinales et d’autres méthodes issues des médecines traditionnelles sont utilisées pour favoriser une bonne santé.»

Bien dormir, respirer et manger pour prévenir la maladie : voilà en gros les principes de la naturopathie.

Homéopathie, cancer et controverses

Lorsqu’elle prêche en faveur de l’adoption d’un mode de vie sain, la naturopathie ne trouve que des alliés. Mais comme les études probantes sont rares en naturopathie, et qu’il existe plusieurs écoles de pensée et factions chez ses praticiens, certaines propositions de cette discipline soulèvent la colère de la communauté médicale.

C’est le cas de l’homéopathie. «Ça fait partie de la naturopathie. Certains l’ont adoptée, mais c’est vrai qu’il n’y a pas de preuve scientifique que ça fonctionne», concède volontiers M. Lapierre.

De même, aucune étude scientifique sérieuse n’a prouvé l’efficacité du traitement du cancer par les plantes ou le mode de vie. Pas même comme traitement complémentaire, sauf pour le massage et l’alimentation, qui ont fait leurs preuves. Mais tout tend cependant à démontrer qu’une meilleure hygiène de vie favorise la bonne humeur et le bien-être général des patients. Il est toutefois primordial d’avertir son médecin si on utilise des produits naturels pendant un traitement de chimiothérapie : certains peuvent interférer avec celui-ci.

Une association pour imposer l’éthique

La naturopathie n’est pas réglementée au Québec. Si bien qu’à peu près n’importe qui peut s’improviser naturopathe. D’où l’idée de former une association garantissant que ses membres suivent un code de déontologie et d’éthique qui permet d’exclure les guérisseurs miracles et les charlatans.

«Les naturopathes chez nous doivent répondre à des normes, et nous nous assurons que la formation chez les nouveaux venus est conforme à celles-ci. Les services de nos membres sont d’ailleurs reconnus par les assureurs privés; ça doit être parce que les résultats sont positifs», termine le porte-parole.

Partager: