Man Looking Inside Fridge Full Of Food And Choosing Apple

Nutrition : les indispensables

Mars est le mois de la nutrition.

En lien avec la pandémie de surpoids qui n’est évidemment pas étrangère à un manque d’activité physique, mais aussi à une alimentation bancale, l’occasion est toujours bonne de remettre à l’avant de l’actualité quelques pratiques recommandées. Et évidemment quelques trucs pour se faciliter l’existence.

Le thème pour 2015 ? Bien manger de 9 à 5.

Mars est le mois de la nutrition.

En lien avec la pandémie de surpoids qui n’est évidemment pas étrangère à un manque d’activité physique, mais aussi à une alimentation bancale, l’occasion est toujours bonne de remettre à l’avant de l’actualité quelques pratiques recommandées. Et évidemment quelques trucs pour se faciliter l’existence.

Le thème pour 2015 ? Bien manger de 9 à 5.

C’est-à-dire non pas seulement chez soi, mais aussi au travail, où la tentation de se nourrir pauvrement est directement proportionnelle à la présence soutenue d’aliments aux vertus douteuses. En plus d’une meilleure alphabétisation alimentaire (qui consiste à connaître et comprendre la composition des aliments, et la fonction de chaque élément – glucides, fibres, protéines, etc.), les nutritionnistes plaident en faveur d’une meilleure planification des repas et collations tout au long de la semaine.

C’est le cas d’Andréanne Martin. « Souvent, les gens ne veulent pas perdre deux heures de leur fin de semaine devant les fourneaux pour préparer les repas à venir, ils ont l’impression que c’est un fardeau. Mais lorsqu’on choisit ce qu’on mange à la dernière minute, on planifie moins bien, et les nutriments manquent. »

C’est ainsi que le corps s’installe dans un cercle vicieux. Puisqu’en manque d’énergie en raison de carences nutritionnelles, on n’aura encore moins envie de déployer de l’énergie pour cuisiner.

« Il faut donc au moins s’assurer d’avoir ce qu’il faut sous la main pour faire de bons repas à la dernière minute», soutient la nutritionniste.

La liste des indispensables

Pour commencer, Andréanne Martin suggère de toujours cuisiner en surplus. « Si on fait cuire du riz, du quinoa, et des plats comme du pâté chinois, par exemple, pourquoi ne pas en faire un peu plus, et en congeler des portions ? »

Pensez à du chili, des plats mijotés, comme autres exemples.

Il faut aussi remplir le frigo et le garde-manger d’aliments nutritifs (produits de grains entiers, poissons en conserve, fruits et légumes en quantité, lait et substituts, légumes surgelés, etc.) qui sont ainsi à notre disposition et prévoir à l’avance la teneur de nos repas.

Et pour la durée de préparation après une harassante journée au bureau, « la presque totalité des magazines et des chefs qu’on voit dans les médias proposent maintenant des recettes saines qui se font en 30 minutes. Le temps n’est plus vraiment un obstacle », soutient Mme Martin.

 

Prochain article : bien manger quand on est sur la route

 

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca