161021_824nr_application-dialogue_sn635

Un premier joueur en télémédecine au Québec

L’enjeu en est un de santé comme de productivité : garder les employés au travail en leur offrant de consulter à distance pour leurs problèmes de santé. Première compagnie à offrir le service au Québec, dialogue.co se bute à très peu de résistance. La médecine virtuelle – ou télémédecine – est là pour rester.

Mise sur le marché il y a quelques semaines seulement, l’application québécoise dialogue.co risque de rapidement trouver de nombreux preneurs. L’application permet aux employés d’une entreprise qui y souscrit de consulter en première ligne une infirmière, d’abord par texto ou chat. Puis, si nécessaire, par vidéo. Toujours à l’aide d’un téléphone intelligent. «Selon les besoins, l’infirmière va ensuite rediriger le patient vers un médecin généraliste ou le spécialiste approprié», explique Cherif Habib, cofondateur de l’entreprise.

Suivre le modèle des assurances collectives

Les conseils médicaux à distance n’ont rien de nouveau. Jusqu’ici, il s’agissait essentiellement de services téléphoniques. Dialogue.co y ajoute la vidéo. Et une pléiade de spécialistes, allant des nutritionnistes aux psychologues en passant par les dermatologues et les pédiatres.

Le service n’est offert qu’aux entreprises, qui y abonnent leurs employés. «On s’est basés sur le modèle des assurances collectives, expose M. Habib. À 10 $ par mois par employé, nous croyons que l’investissement sera rapidement rentabilisé parce qu’il permettra de réduire l’absentéisme pour cause de maladie.»

«Souvent, poursuit-il, quand on arrive en clinique, quelqu’un nous accueille, puis on doit attendre longtemps avant de voir un médecin, ou d’aller au triage. Avec notre application, cette étape se fait rapidement, et on peut déterminer si d’autres soins ou une consultation plus approfondie sont nécessaires. Nous voulons aussi embaucher des infirmières praticiennes spécialisées, ce qui va ajouter une autre couche de profondeur à nos services.»

Efficacité éprouvée

Si le service est tout nouveau ici, il existe depuis assez longtemps ailleurs en Occident pour avoir démontré sa viabilité. Et dialogue.co s’est assuré de profiter de cette expertise en s’adjoignant les services du grand patron et du principal conseiller médical de la compagnie Medeo. Les deux pointures font partie de cette aventure de télémédecine en Colombie-Britannique depuis quatre ans. «Ils sont membres de notre comité consultatif», précise M. Habib.

(À lire à ce sujet: cet article de Fortune est très intéressant, car il montre comment le rapport entre patients et médecins est positivement modifié par la télémédecine et comment le système de santé peut y trouver un nouveau modèle de fonctionnement).

Quant à la résistance que peut rencontrer son application, l’homme d’affaires souligne que le Collège des médecins s’est prononcé sur la question en 2015 et que sa compagnie suit scrupuleusement les lignes de conduite proposées par les professionnels de la santé.

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca