Young Man Lost In Depression Sitting On Ground Street Concrete S

Psycho : accepter sa vulnérabilité

Psychologue, chroniqueur et spécialiste en prévention du suicide, Marc-André Dufour insiste depuis longtemps sur la responsabilité des individus en santé mentale.

Désignant la fuite en avant, l’obligation du bonheur permanent et une certaine volonté d’invulnérabilité comme principaux écueils à l’atteinte d’un meilleur équilibre émotionnel, il offre quelques conseils à méditer (et à appliquer) afin de s’aider soi-même, et de venir en aide aux autres. Pour que la prévention en santé mentale fasse partie des priorités dans nos vies.

Psychologue, chroniqueur et spécialiste en prévention du suicide, Marc-André Dufour insiste depuis longtemps sur la responsabilité des individus en santé mentale.

Désignant la fuite en avant, l’obligation du bonheur permanent et une certaine volonté d’invulnérabilité comme principaux écueils à l’atteinte d’un meilleur équilibre émotionnel, il offre quelques conseils à méditer (et à appliquer) afin de s’aider soi-même, et de venir en aide aux autres. Pour que la prévention en santé mentale fasse partie des priorités dans nos vies.

1. Accepter les sentiments désagréables

« On a tendance à les fuir, de toutes sortes de manières, en travaillant et en se divertissant sans arrêt, en ayant plusieurs projets, comme de rénover la maison, d’acheter des choses, de faire beaucoup de sport. Mais aussi détestables soient-elles, les émotions douloureuses doivent-être vécues. C’est normal d’être un peu triste, ou déprimé, ou en colère. Et ça finit par passer. On voudrait plaire aux autres, être toujours aimable, et surtout, on n’a peut-être pas envie de se montrer vulnérable. Mais à la longue, ces sentiments qu’on ne vit pas s’accumulent, et forment une sorte de passif qui peut nous débouler dessus d’un seul coup. Et là, on ne comprend pas l’intensité des émotions qui nous submergent et ça devient beaucoup plus difficile à vivre. »

2. Prendre conscience de ce qu’on a

« Ça peut sembler un peu simpliste, mais ça vaut la peine quand même de mettre les choses en perspective, de mesurer la chance qu’on a de vivre dans un endroit aussi pacifique, dans un certain confort, qu’il y a des gens qui nous aiment. Ça ne veut pas dire que nos problèmes sont insignifiants. Seulement que tout n’est pas négatif. »

3. Écouter son corps

« Quand ça va mal dans notre tête, le corps sert souvent de signal d’alarme. Alors on débarque chez le médecin, et on voudrait qu’il nous serve un diagnostic, quelque chose qui se soigne facilement. Or, il arrive que le corps indique un problème qui ne se soigne pas chez le médecin. Ce n’est pas une défaite. C’est un indicateur : il est temps de chercher en soi ce qui nous tracasse et de réaliser à quel point la santé mentale est au cœur de notre existence. »

4. Accepter d’être vulnérable et être là pour les autres

« L’empathie, l’écoute des gens autour de nous, c’est indispensable. Si on sait que quelqu’un a vécu quelque chose de difficile, même s’il a l’air de bien aller, on peut lui en parler, lui demander s’il ou elle a besoin d’aide. Il est possible que derrière le vernis, qui tient de peur, cette personne ait besoin d’être écoutée, ou simplement de savoir qu’on tient à elle. En face, il ne faut pas avoir peur de partager notre désarroi. Il n’y a pas de honte à souffrir quand des événements difficiles surviennent. Il n’y a pas non plus de honte à demander de l’aide. »

5. Réfléchir à sa conception du bonheur

« On a parfois en tête l’idée que le bonheur va se présenter soudainement, à condition de réunir les bonnes conditions. Et si ça ne fonctionne pas, on change (d’auto, de partenaire, de chien, de maison, de travail). Mais c’est peut-être notre idée du bonheur qui est impossible à atteindre dans la vie. Et surtout, il y a cette croyance qui veut que si on a tout ce qu’il faut, on sera toujours heureux. Or, c’est impossible. L’idée d’un bonheur permanent est nocive, parce qu’on se met à croire à quelque chose qui relève du mythe. Et donc on se condamne à la déception. »

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca