Quand le progrès rend malade

Par Le Devoir – Allergies et intolérances de tout acabit sont devenues la maladie du siècle. Une personne sur trois en est affectée, et l’Organisation mondiale de la santé prévoit que la moitié de la population occidentale sera touchée en 2050. Autopsie d’un phénomène en explosion.

Nez qui coule, yeux qui picotent, éternuements : ce refrain saisonnier est devenu le lot de plus en plus de personnes. Mais l’asthme chronique, les détresses respiratoires et les réactions à un aliment, à un produit ou à un animal sont aussi en croissance. À qui la faute ? L’allergologue français Pierrick Hordé cible plusieurs coupables et met en cause rien de moins que le progrès.

Partager: