media_xll_5813634

Ce qu’il faut savoir sur la crise du fentanyl

Cela fait des décennies que le fentanyl existe et qu’il a pénétré le marché des drogues de rue. Nous avons longtemps été épargnés, mais avec plus de 1000 décès recensés au Canada l’an dernier et une multiplication des surdoses liées à cette substance, la santé publique s’alarme.

Qu’est-ce exactement que le fentanyl, pourquoi certains usagers meurent-ils d’en avoir consommé et sous quelles formes se présente-t-il? Voici ce qu’il faut savoir sur cette drogue sournoise qui tue souvent ceux qui ignorent en avoir pris.

Qu’est-ce que le fentanyl?

Il s’agit d’un opiacé très puissant, synthétisé pour la première fois dans les années 1950. Au tournant des années 1980, il fait son apparition parmi la panoplie des drogues de rue, entre autres sous le nom de «China White». On le désigne aussi alors comme une sorte d’héroïne synthétique.

Il est cependant couramment utilisé dans le monde médical.

Sous forme liquide, donc injectable, il est communément employé lors d’anesthésies générales. En timbres cutanés ou en cachets, il est prescrit pour traiter des douleurs chroniques très fortes (comme celles que provoque le cancer des os). Il affecte le système nerveux central, comme la morphine, dont il mime le fonctionnement dans le cerveau, mais il est de 50 à 100 fois plus puissant.

Pourquoi y a-t-il tant de surdoses?

Le fentanyl et ses nombreux dérivés sont normalement administrés par des professionnels de la santé, et leurs patients sont toujours très bien suivis.

Les surdoses surviennent parce qu’en raison de sa puissance, la drogue peut facilement être ingérée en trop grande quantité : une infime dose peut faire toute la différence. Comme elle provoque une dépression respiratoire, elle peut ensuite conduire à une apnée, puis, si celle-ci dure trop longtemps, à la mort.

Dans des cas moins critiques, mais néanmoins dramatiques, le cerveau ayant manqué d’oxygène peut avoir effacé des pans de la mémoire. Le manque d’air peut même causer la dégénérescence de certains sens, comme l’odorat ou la vue.

Les utilisateurs de drogues par intraveineuse s’injectent parfois du fentanyl sans le savoir, parce que le médicament, sous forme de cristaux, est employé pour améliorer les performances de l’héroïne. Déjà extrêmement puissante lorsqu’elle est injectée, la drogue devient encore plus dangereuse mêlée à d’autres psychotropes.

Une drogue de plus en plus populaire

Non seulement elle est consommée par plusieurs toxicomanes à leur insu, mais il existe un public volontaire grandissant pour cette substance, comme pour plusieurs opioïdes, ce qui fait dire à de nombreux experts en matière de santé publique que nous vivons présentement une crise majeure.

Il est vendu sur le marché noir sous forme de patchs (découpées, mâchées, etc.) qui proviennent du milieu médical. Mais aussi, de plus en plus souvent, en comprimés, à très bas prix (environ 3$) -le plus souvent en provenance de la Chine-, qui entrent en quantité importante en sol canadien, si bien que le gouvernement fédéral pourrait faire comme la Colombie-Britannique et décréter l’état d’urgence sanitaire.

Les solutions

Il faut évidemment faire beaucoup d’éducation concernant ce psychotrope qui comporte de graves dangers, mais aussi fournir aux toxicomanes les moyens de tester leur drogue afin de pouvoir y déceler la présence de substances indésirables et possiblement létales.

La naloxone, qui est désormais accessible en pharmacie, peut être utilisée pour neutraliser les effets du fentanyl, mais ce dernier est si puissant que plusieurs doses du «contrepoison» sont parfois nécessaires.

Enfin, il faut aussi sensibiliser les médecins, car la présente crise de dépendance aux opiacés est en partie due à la prescription excessive de ces médicaments.

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca