Quoi faire en cas d’insolation

Le soleil cogne dur. Vous avez passé la journée dehors et vous vous sentez mal. Souffrez-vous d’une insolation?

«C’est une bonne question, croit l’urgentologue et spécialiste de la médecine sportive Pierre Messier, parce que ce n’est pas évident à déterminer.»

L’insolation n’est pas exactement une condition médicale, précise le médecin. D’où la confusion qui entoure le terme. «Et ça couvre un assez vaste spectre de symptômes qu’on peut avoir après une exposition à la chaleur et au soleil», souligne-t-il.

Le coup de chaleur

Parmi les symptômes qu’on associe à l’insolation, on note : l’épuisement, donc une impression de faiblesse qui peut varier, des étourdissements, des maux de tête, la perte de l’appétit, des nausées, le cœur qui bat plus vite que la normale.

Si on ne fait rien pour refroidir notre corps lorsque ces symptômes se présentent, alors on risque le coup de chaleur.

«Ce qui définit un coup de chaleur, c’est la confusion, explique le Dr Messier. On va arrêter de suer, mais on fait de la fièvre, en haut de 39-40 degrés. Le corps perd sa capacité à réguler sa température, et il y a alors un danger réel : celui d’avoir des problèmes rénaux, hépatiques, cardiaques. Tout le corps peut être affecté. C’est rare, mais c’est une urgence extrême.»

Bref : si vous vous rendez à ce point, c’est l’hôpital, et vite.

Quoi faire?

L’insolation n’est pas un coup de chaleur, précise le médecin. Mais c’est un peu son antichambre. Si on se sent mal ou faible, il est important de refroidir notre corps avant qu’il ne perde le contrôle de son thermostat.

Comment?

On s’étend à l’ombre ou dans une pièce climatisée, on s’hydrate (si possible avec des boissons contenant des électrolytes), on vaporise de l’eau froide sur notre visage et notre corps, on met de la glace sur nos aisselles et nos aines si ça ne passe pas, et finalement, on prend un bon bain frais.

On consulte le médecin si :

  • les symptômes persistent
  • notre jugement est altéré, on est confus, somnolent
  • on se sent très faible
  • on perd connaissance
  • la température de notre corps est élevée de manière inexpliquée

On consulte plus vite encore si :

  • on est une personne âgée
  • c’est un jeune enfant qui est touché (surtout s’il cesse de suer)
  • on souffre de maladies chroniques
  • on a pris beaucoup d’alcool
  • on souffre d’un handicap
Partager: