Sans tabac, avec soutien techno

Selon les statistiques, il faudrait s’y prendre par quatre fois, en moyenne, pour enfin cesser de fumer. De quoi décourager les esprits les plus positifs. Heureusement, il y a de l’aide, du soutien moral et technique. Et même technologique.

La Semaine pour un Québec sans tabac s’achève, au terme d’une campagne agressive qui avait pour slogan : fumer, souffrir, mourir.

Les publicités, poignantes, étaient à l’avenant.

 

 

Et pourtant, on a beau répéter les statistiques, redire que le tabagisme cause 16 types de cancer, qu’il est responsable de 85 % des cancers du poumon, il y a encore 1,4 million de Québécois qui fument.

Et si plus de la moitié dit qu’elle souhaiterait cesser, la chose n’est pas si facile. D’abord, parce que la nicotine est une drogue puissante qui cause une dépendance sévère. Ensuite parce que les habitudes sont fortes, et nos convictions parfois vacillantes.

Prendre appui

Le site Web québécois J’arrête recèle quantité de liens, d’astuces et de documents qui vous éclaireront sur les étapes à suivre, mais aussi sur celles, psychologiques, que traversent les ex-fumeurs.

Vous pourrez également, sur ce site, entrer en contact avec des gens qui ont cessé de fumer avant vous. Vous pourrez ainsi prendre appui sur l’expérience de vos semblables, partager leurs crises d’angoisse, leur stress, leur peur de rechuter, ou simplement ventiler votre envie incessante d’en griller une.

D’autres moyens

Une myriade d’outils technologiques peuvent vous venir en aide dans la cessation du tabagisme.

Par exemple, les experts en «arrêt du tabac» de l’Université de Genève ont créé une application, simplement appelée Stop-Tabac, qui accompagne ceux qui souhaitent être suivis au cours de leur sevrage.

Jouant à la fois les cartes du suivi méthodique, de l’encouragement par les faits et de la ludification, l’application envoie régulièrement des messages pour motiver l’utilisateur, en plus d’afficher les bénéfices obtenus par la cessation tout en permettant de collectionner des trophées et des prix à mesure que la période d’abstinence s’allonge.

Parmi les applications les plus reconnues, on compte aussi Quit Pro. En plus de faire le suivi, elle vous permet de faire votre profil de fumeur pour ensuite prévoir vos envies afin de vous dissuader d’y succomber.

À la fois outil d’introspection et de suivi, Quit Pro vous encourage à poursuivre sur la bonne voie de toutes sortes de manières, y compris en calculant l’argent que vous avez économisé depuis que vous avez arrêté.

Notez d’ailleurs que cette application est payante. Mais tout de même moins onéreuse qu’un seul paquet de clopes…

Le bidule

Puisqu’on parle de paquets, les Français de Lowie travaillent à concevoir une petite boîte qui aidera les fumeurs à écraser pour de bon. Mais progressivement.

On vous en a déjà parlé : le système fonctionne par attrition et contrôle. À l’aide d’une application, l’outil détermine le nombre de cigarettes distribuées chaque jour, et à quel moment. On peut ainsi réduire la quantité progressivement, jusqu’à cessation.

À tous ceux qui se lancent dans l’aventure – puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, avec des hauts et des bas, et sans doute quelques péripéties –, on souhaite bonne chance!Zoom Kobe Elite High

Partager: