pexels-photo-398532

Santé au travail : prévention et capital humain

Les entreprises qui s’occupent de la santé physique et psychologique de leurs employés gagnent au change : elles sont plus efficaces, plus profitables aussi. Mais quelles sont les pratiques que les compagnies devraient adopter afin de conserver leurs employés et d’être plus performantes?

Chaque année, le magazine Fortune dresse la liste des entreprises pour lesquelles il fait bon travailler. Depuis 16 ans, Google trône bien haut au sommet. Il faut dire qu’en lisant sur les efforts déployés par l’entreprise godzillionaire afin d’assurer la rétention de son personnel par le bonheur au travail – et en dehors –, on pourrait tirer plusieurs leçons. Et pour ceux qui croient qu’il en coûte une fortune, qu’ils se détrompent. En fait, ce qui semble faire la différence dans ces entreprises à l’écoute des besoins de leurs employés, c’est justement qu’elles… écoutent.

Et bonne nouvelle, cette intelligence émotionnelle est un outil payant : les entreprises qui se soucient de leur personnel passent à la caisse. Les employés y sont plus motivés, manquent moins souvent de travail, sont plus productifs, évitent le présentéisme, sont moins malades… Et au final, tout le monde y gagne. Y compris les actionnaires, qui voient la valeur de leurs parts augmenter considérablement.

Quoi faire?

Vous n’êtes pas à la tête d’une multinationale? Vous êtes aux commandes des ressources humaines d’une entreprise familiale? Peu importe. Plusieurs gestes et un changement de paradigme à l’intérieur de la compagnie peuvent faire une énorme différence.

Lorsqu’on sonde les employés des grandes entreprises, on leur parle évidemment de salaire, mais une multitude d’autres facteurs entrent en compte dans la santé et le bonheur au boulot.

Les défis et le stress

Entre l’ennui et le surmenage, les employeurs doivent trouver un équilibre sain qui permet à l’employé de se sentir utile et valorisé tout en évitant de l’accabler. Laissez tomber les réunions superflues, assurez-vous de consulter les employés afin qu’ils soient assez nombreux pour accomplir la tâche qui leur incombe, utilisez des outils de suivi de projets afin de vous assurer que l’ensemble de l’équipe suit le rythme, et venez en aide à ceux qui ralentissent la cadence plutôt que de leur mettre inutilement la pression.

L’espace de travail

Comme le disent les experts en ergonomie, le souci d’offrir un lieu de travail adapté est désormais considéré par les employés et ceux que vous souhaitez recruter comme un signe positif de la part des patrons. Ce que cela dit est simple : nous nous soucions de votre bien-être, vous êtes importants pour nous.

En plus de générer de la fidélité et d’améliorer le recrutement, il s’agit d’un investissement important, puisqu’en prévenant les blessures musculo-squelettiques, on augmente le rendement des employés, on évite les absences et, pire encore, le présentéisme.

Consultez, écoutez, encouragez

Demandez à vos employés ce qui améliorerait le travail. Dans le cadre de différents projets, confiez-leur des tâches importantes, faites-leur confiance, et appliquez leurs recommandations.

Plus les employés se sentent impliqués et valorisés dans le travail quotidien, plus ils sont heureux et investis dans l’entreprise.

Partagez votre enthousiasme, félicitez votre équipe pour ses bons coups, et si possible, étendez ce geste pour le faire de manière individuelle. On peut saluer le bon rendement par le salaire et les conditions de travail, mais les employés des meilleures compagnies au monde soulignent tous l’importance d’une reconnaissance plus vaste, plus humaine. Et quotidienne.

Créez des outils pour mieux voir venir

Chez Google, on s’assure de prévenir toute forme de discrimination. C’est une des préoccupations mises de l’avant par l’entreprise, à travers un groupe de soutien et d’observation des minorités, comme les personnes trans.

Autant en ce qui concerne le bien-être physique que psychologique, aussi petit soit votre département des ressources humaines, vous pouvez créer des outils efficaces afin que les employés puissent s’exprimer, faire partager leurs irritations, mais vous pouvez aussi prendre les devants si vous croyez qu’une situation a le potentiel de devenir problématique. En tuant le problème à la source, vous évitez d’avoir à le gérer par la suite, ce qui peut être considérablement énergivore.

Car rappelons-le, la prévention en matière de santé au travail n’est pas une fantaisie ni une lubie d’une époque où les travailleurs sont plus sensibles. Il s’agit d’un investissement, tant sur le plan de l’image que du capital. À commencer par le plus important : l’humain.

 

 

 

 

 

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca