Sensibilisation à la maladie de Crohn

Incurable et extrêmement incapacitante, la maladie de Crohn fait partie de la famille des MICI : les maladies inflammatoires chroniques intestinales. Explications sur la nature, les symptômes et les moyens d’apaisement de ce mystérieux problème de santé.

Douleurs abdominales intenses, perte d’appétit, anémie, saignements dans les selles : la maladie de Crohn est aussi hostile qu’imprévisible. Elle s’attaque au corps par périodes, sans avertir, puis elle peut disparaître pendant des mois et se manifester à nouveau.

Or, s’il existe des manières d’en apaiser les symptômes, elle est incurable, et chronique.

Certains facteurs permettent cependant de diminuer les effets de la maladie. Voire de retarder son apparation.

Les origines

On ignore la source exacte de la maladie de Crohn. Pour le moment, les chercheurs s’entendent pour dire que cette inflammation de l’appareil digestif qui peut en affecter n’importe quelle partie, de la bouche à l’anus, est en partie génétique.

C’est-à-dire que la présence de certains gènes précis est nécessaire au développement de la maladie, qui apparaît généralement entre 13 et 30 ans, autant chez les hommes que les femmes, et de manière variable selon l’origine ethnique et la région habitée.

Par exemple, au Canada, les habitants de la Nouvelle-Écosse sont particulièrement touchés par la maladie de Crohn, tandis que les Afro-Américains le sont nettement moins que la moyenne nord-américaine.

Comme la colite ulcéreuse, qui lui ressemble beaucoup, il s’agirait d’une maladie auto-immune. On croit donc que la réaction inflammatoire est une réponse du système immunitaire à une bactérie présente dans l’appareil digestif.

Ainsi, c’est le microbiome qui serait en cause. Ou si vous préférez : la présence ou l’absence de certaines bactéries dans la flore intestinale. Mais ce qu’on constate, c’est que c’est le mode de vie occidental qui provoque la maladie. Les populations qui ne sont pas affectées par la maladie, ou très peu, ont tendance à la développer lorsqu’elles viennent vivre ici. La pollution, l’alimentation et d’autres facteurs pourraient être en cause.

Ce qu’on sait, c’est que le mode de vie, encore une fois, accélère le développement de la maladie. Ainsi, les fumeurs ont deux fois plus de risques d’avoir la maladie de Crohn. Le manque d’exercice physique et une mauvaise alimentation pourraient aussi être en cause.

Les traitements

Si la maladie de Crohn est chronique, on peut en apaiser les symptômes. D’abord en cessant de fumer, si on s’adonne à cette pratique. L’adoption d’un régime alimentaire précis peut aussi aider.

Ensuite, plusieurs traitements médicamenteux peuvent être envisagés, dont la prise d’anti-inflammatoires, d’immunosuppresseurs, d’antispasmodiques et d’antibiotiques.

Mais de plus en plus, les chercheurs lorgnent du côté des biothérapies, comme l’ingestion d’anticorps qui combattent des molécules qui seraient en cause dans le processus d’inflammation du système digestif.

Comme la science se penche avec de plus en plus d’attention sur le fonctionnement de cet appareil organique, les gens qui souffrent de la maladie de Crohn peuvent espérer que des solutions plus efficaces voient le jour au cours des prochaines années.

Pour en savoir plus :

Crohn et colite Canada

 

Un reportage de l’émission Une pilule, une petite granule sur le sujet

 

Un document du CHUM sur les liens entre tabagisme et Crohn

 

Fondation canadienne pour la santé digestive

Partager: