Alzheimer : stopper la progression de la maladie

Par Le Journal de Québec – Face à l’Alzheimer, la recherche s’est butée à un mur: on ne peut guérir les malades. Elle s’est donc tournée vers l’avant-maladie, ce moment où certains symptômes apparaissent, sans qu’ils nuisent au quotidien. Partout dans le monde, des équipes cherchent désormais à stopper, voire à renverser le processus destructeur dans lequel s’engage le cerveau.

C’est le cas de l’équipe de la Dre Sylvie Belleville. Professeure titulaire au Département de psychologie de l’Université de Montréal et directrice scientifique de la recherche à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, elle est reconnue internationalement pour ses travaux portant sur la neuropsychologie des démences.

Partager: