Tabac, mutations et cancer du poumon

On sait depuis longtemps que le tabac est la principale cause de cancer du poumon. Des chercheurs viennent de publier les résultats d’une étude qui montre que la fumée de cigarette provoque jusqu’à plus d’une centaine de mutations des cellules de l’appareil respiratoire. Et ailleurs dans le corps.

En France, novembre est le Mois sans tabac. Ici, c’est le mois qui est consacré à la prévention du cancer du poumon. Le premier étant la principale cause du second, il est toujours nécessaire de faire des liens et de rappeler la dangerosité de la fumée de cigarette.

En France, où 34 % de la population fume, on regarde le Québec comme un modèle. Le recul est important ici : on ne compte plus que 19 % d’adeptes du tabac chez nous. En moins de huit ans, le tabagisme aurait reculé de 5 % ici, ce qui est énorme.

Comment y est-on arrivé? Par les différentes campagnes de sensibilisation, bien sûr. Mais aussi en s’assurant d’un prix élevé qui dissuade les plus jeunes. En Australie, où le paquet vaut son pesant d’or (près de 25 $ CA), le taux d’utilisateurs a diminué à 16 %.

Mais mieux comprendre comment la fumée attaque nos cellules pour les modifier et les détruire est aussi un assez bon incitatif pour écraser définitivement.

Ce qu’on sait, désormais, c’est que la fumée affecte énormément la génétique.

Le tabac provoque la mutation des cellules

Le tabagisme constitue encore la première cause de cancer du poumon, disions-nous.

Pour l’expliquer, le magazine Science détaille, dans son édition du vendredi 4 novembre, les résultats d’une étude qui démontre que fumer un paquet par jour entraîne l’apparition de 150 mutations par an dans chaque cellule des poumons. Un phénomène qui ne se cantonne pas qu’aux bronches et aux poumons, car sont aussi touchés, de la même manière, le larynx, le pharynx, la vessie, le foie et l’ensemble de la cavité buccale.

Ces altérations génétiques, provoquées par les nombreux produits chimiques dans la fumée de tabac, finissent par endommager les cellules, ce qui les rend plus propices à se transformer en cellules cancéreuses.

On ignore toutefois ce qui, par la suite, détermine leur passage ou non à l’état de cellules cancéreuses ou pourquoi ces dernières deviennent malignes ou pas.

Mais nous comprenons mieux comment la fumée de cigarette affecte les cellules du corps humain et les transforme.

Car le tabac laisse des signatures mutationnelles, expliquent les scientifiques, ce qui permet d’associer leurs changements avec l’usage de la cigarette.

Cela permettra éventuellement d’analyser l’ADN des tumeurs, et peut-être de mieux les combattre ou de les prévenir, croient les chercheurs.

Pas la seule cause, mais la pire cause

Les chercheurs soulignent toutefois que des mutations se produisent dans nos cellules, avec ou sans usage du tabac, et qu’il existe d’autres facteurs de risque liés au cancer du poumon. Reste que ce qu’ils observent ici est un cas de mutation très inquiétant.

Leur étude permet donc de prouver, dans un premier temps, que le tabac a un effet très nocif, puis que celui-ci se manifeste peu importe la quantité de fumée inhalée. Bref, fumer menace la santé, point barre.

 

Partager: