Trois conseils à appliquer pour avoir la forme

Quel est le minimum d’exercice requis pour obtenir des gains sur la santé? Que faut-il manger pour être en meilleure condition physique et comment éviter la malbouffe? De récentes études et quelques conseils de base ne nuisent jamais pour se remettre en forme. En voici trois, simples et efficaces, à suivre sans peur de trop se tromper.

Chaque petit pas compte

On ne le répétera jamais assez : pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires et la mort prématurée, il est primordial de bouger. Pas de courir le marathon, mais seulement de faire de l’exercice modéré, 30 minutes par jour, 5 jours par semaine. Or, les plus récentes recherches laissent entendre que si vous marchez 6 fois pendant 5 minutes tous les jours, cela suffit pour atteindre cet objectif. En bref, vos petits déplacements s’accumulent et produisent le même effet qu’une longue marche de 30 minutes.

Raison de plus pour s’y mettre, et multiplier les occasions de se déplacer à pied, même si c’est pour aller à quelques maisons de chez soi.

Allez à l’épicerie, à la pharmacie ou chez des amis en laissant la voiture à votre domicile. Si la boîte de la poste est au coin de la rue, n’attendez plus de passer devant alors que vous êtes au volant : faites-en une mini-sortie. Ou lorsque vous faites des courses, stationnez l’auto plus loin afin de faire quelques pas supplémentaires. Vous mettrez ainsi les chances de votre bord pour vivre plus longtemps, et surtout en meilleure santé.

Pour perdre du poids, cuisinez

Compter maladivement chaque calorie ingérée n’est pas une manière viable de perdre du poids. D’autant que ce calcul ne tient pas compte de la qualité des aliments consommés. Or, celle-ci change considérablement notre impression de satiété et la rapidité à laquelle la faim se fait à nouveau ressentir.

Il ne faut pas non plus faire de fixation sur les macronutriments (les glucides, les lipides et les protéines), et plutôt varier notre alimentation en mettant l’accent sur les végétaux. Mais il faut surtout cuisiner, le plus possible avec des aliments frais. Cessez d’acheter des plats préparés et limitez les aliments transformés. Vous réduirez du même coup votre apport en sucre, en sel, et améliorerez vos apports en fibres, en protéines, en glucides, ainsi que pour la plupart des vitamines et minéraux.

En gros : si vous suivez ces conseils, vous risquez de n’avoir plus besoin de compter, et vous serez rassasié.

Autre suggestion pour éloigner la tentation : fuyez les allées du centre à l’épicerie. C’est là que vous serez exposé aux biscuits, craquelins et soupes faits en usine, qui contiennent des doses élevées d’éléments à proscrire, ou à réduire au minimum.

Le sport et les bananes

Les adeptes de sports d’endurance – ils sont de plus en plus nombreux – ont des besoins supplémentaires en nutrition. Ils doivent nourrir et réparer les muscles qu’ils mettent à l’épreuve et qui sont soumis à une certaine inflammation.

Une toute récente étude américaine a comparé chez eux l’effet des boissons sportives et des bananes.

Les mêmes chercheurs avaient déjà démontré que les sportifs qui font des efforts de 75 minutes et plus obtenaient de meilleurs résultats et récupéraient plus vite s’ils consommaient des glucides pendant et après l’effort.

Cette fois, non seulement ont-ils fait des essais comparant l’exercice avec et sans apport de sucre, mais ils ont aussi mis dos à dos l’usage de bananes et celui de boissons sportives.

Un nouveau point marqué pour les apôtres de la vraie nourriture : les bananes contiennent des éléments qui, en plus des glucides, accélèrent la réduction de l’inflammation musculaire. Les chercheurs ignorent encore comment, mais devinent qu’il s’agit de l’effet combiné des glucides à une autre substance présente dans ce fruit.

Seul hic : les bananes causent chez certains sportifs une sensation de ballonnement. Mieux vaut donc en faire l’essai à l’entraînement, avant de les adopter lors d’une épreuve sportive. Ou alors en restreindre l’usage pour la phase de récupération.

Partager: