Young Cell Phone Addict Man Awake At Night In Bed Using Smartpho

Troubles du sommeil : lourds de conséquences  

Le docteur Thanh Dang-Vu est une sommité de la recherche sur le sommeil. Avec lui, nous passons en revue les problèmes les plus courants qui touchent ceux qui ont du mal à bien dormir, puis les manières de les soigner.

Le docteur Thanh Dang-Vu est une sommité de la recherche sur le sommeil. Avec lui, nous passons en revue les problèmes les plus courants qui touchent ceux qui ont du mal à bien dormir, puis les manières de les soigner.

Diplômé en médecine de l’Université de Liège, en Belgique, le docteur Thanh Dang-Vu y a aussi effectué une résidence en neurologie, en plus d’y obtenir un Ph. D. en science biomédicale. Ses études postdoctorales l’ont ensuite mené à Boston, au Département de neurologie du Massachusetts General Hospital, à la Harvard Medical School, puis au Centre de recherche sur le sommeil de l’Université de Montréal, et à l’Hôpital Sacré-Cœur, toujours dans la métropole québécoise.

Membre du Groupe de recherche en neurobiologie comportementale et du Centre PERFORM de l’Université Concordia, ainsi que du centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, il continue de s’intéresser au sommeil, faisant des liens entre les troubles qui affectent sa qualité, étudiant les causes et les conséquences de ce problème de santé important.

Dans le premier de deux articles, il répond à nos questions, et détaille les liens avérés ou soupçonnés entre les problèmes de sommeil et d’autres troubles de la santé.

D’abord, Dr Dang-Vu, pouvez-vous expliquer sur quoi portent vos recherches?

Bien sûr. Elles ont comme objet les mécanismes des troubles du sommeil et la manière dont ces mécanismes peuvent nous aider à mieux comprendre comment soigner ces troubles. Parmi ces troubles du sommeil, j’étudie en particulier l’insomnie, qui est le plus fréquent.

Qu’entendez-vous par « mécanismes »?

Nous étudions les processus neuronaux – c’est-à-dire les régions cérébrales et les oscillations cérébrales – qui sont altérés par ces troubles du sommeil. Le sommeil est un état produit par le cerveau et on peut l’étudier de plusieurs façons. Il se définit par l’apparition d’ondes cérébrales qui sont le reflet des activités du cerveau, et qui permettent de déterminer si une personne est en stade de sommeil léger, profond ou paradoxal, les différents stades de sommeil étant caractérisés par des activités électriques cérébrales différentes. Ces ondes cérébrales sont les signatures de l’activité du cerveau au cours du sommeil, et sont donc susceptibles de nous informer sur le développement des perturbations du sommeil.

J’utilise aussi l’imagerie cérébrale, soit par résonance magnétique, soit par des techniques de médecine nucléaire. Cela permet de mesurer les activités des différentes parties du cerveau, par exemple en estimant le débit sanguin cérébral, mais aussi d’étudier les subtiles modifications anatomiques (reflétées par des changements de volume) de certaines régions cérébrales, qui sont associées à la présence de troubles du sommeil.

En bref, ces méthodes nous permettent d’étudier avec précision le cerveau des personnes qui souffrent de troubles du sommeil.

Vous vous intéressez aussi aux effets des troubles du sommeil sur la santé générale. Quels sont-ils?

On dispose de nombreuses études qui montrent que les perturbations du sommeil ont un impact sur beaucoup de sphères de notre santé mentale, cognitive et physique.

On sait que les troubles du sommeil entraînent par exemple des risques plus élevés d’éprouver des troubles psychologiques, tels que la dépression et l’anxiété.

On sait aussi que les troubles du sommeil peuvent entraîner des difficultés cognitives, par exemple des problèmes de concentration, d’attention et de mémorisation des informations. Des données récentes semblent suggérer que les troubles du sommeil, à long terme, pourraient même favoriser le développement de maladies neurodégénératives, comme certaines formes de démence.

Comme la maladie d’Alzheimer?

Oui, par exemple. Cependant, des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ce risque.

On sait aussi que le mauvais sommeil a plusieurs conséquences sur la santé physique. Pouvez-vous nous dire lesquelles?

D’abord, obésité et mauvais sommeil sont associés. Aussi, la perturbation du sommeil entraîne un risque accru de diabète, parce que la régulation du glucose est bouleversée lorsqu’on est privé de sommeil.

On sait que les troubles du sommeil sont associés à un plus grand risque de développer des problèmes coronariens et des maladies cardiovasculaires, comme l’hypertension, et de subir des accidents vasculaires cérébraux. C’est particulièrement le cas pour certains problèmes de sommeil tels que l’apnée du sommeil.

Les troubles du sommeil ont de nombreuses conséquences, et c’est pour cela que la recherche dans ce domaine est si importante. Notamment pour le volet préventif, parce que plusieurs de ces troubles sont traitables, et si on peut réduire le risque de développer d’autres pathologies en traitant le sommeil, on pourrait avoir un impact majeur sur la prévention des maladies chroniques.

 

À suivre : les causes et les traitements des troubles du sommeil

//

AUSSI : Le Dr Dang-Vu est toujours en quête de participants pour ses recherches. Cliquez ici si vous êtes intéressés à y participer.

David Desjardins Autres articles

David Desjardins
Contributeur fréquent à L'Actualité, à Vélo Mag et à Entrée Principale à Radio-Canada, David Desjardins est le rédacteur en chef de NotreSanté.ca